"Dead to Me" : avec ses airs de "Desperate Housewives", la nouvelle série Netflix nous emballe "Dead to Me" : avec ses airs de "Desperate Housewives", la nouvelle série Netflix nous emballe

Séries 

"Dead to Me" : avec ses airs de "Desperate Housewives", la nouvelle série Netflix nous emballe

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 23 Mai 2019

Le 3 mai 2019, Netflix mettait en ligne "Dead to Me". Une série tragi-comique réjouissante, où l’amitié comme le meurtre se conjuguent au féminin. De quoi plaire aux fans de "Desperate Housewives", mais pas que.

Avec un tel titre, Dead to Me (littéralement "Mort.e pour moi") annonçait la couleur : ici, le trépas est partout. Mais la résurrection aussi, à commencer par celle de Christina Applegate et Linda Cardellini, stars de notre adolescence dans Mariés, deux enfants pour la première et Urgences pour la seconde. Et il n’y a pas que ce duo qui a un petit air de déjà vu. La nouvelle série tragi-comique de Netflix est un mix de…

60% de Desperate Housewives

Le pitch de Dead to Me, série de la réal' Liz Feldman : Jen Harding, quadra impulsive qui travaille dans l’immobilier à Los Angeles, perd brutalement son mari, percuté par un chauffard. Alors qu’elle tente de retrouver celui-ci, tout en gérant son deuil et ses deux fils, elle rencontre Judy Hale, une femme aussi amusante qu'intriguante. Meurtre, enquête et humour, autant d’ingrédients qui rappellent les grandes heures du show de Marc Cherry. Épisode après épisode, on rit et on pleure avec les deux héroïnes, dont les failles n’ont d’égales que leur sens de la réplique. Bémol : certains ressorts comiques finissent par lasser. La faute, notamment, au nombre de personnages réduits. On espère donc l’arrivée de nouvelles têtes dans la saison 2, ou le développement de certains seconds rôles. Notamment la toxique et hilarante belle-mère de Jen, incarné par Valerie Mahaffey, une actrice vue dans… Desperate Housewives.


35% de Big Little Lies

Si la série nous emballe autant, ça n’est pas avec son scénario finalement assez convenu, ni ses rebondissements cousus de fil blanc. Mais grâce à ses deux actrices principales, qui ne dépareilleraient pas dans la série HBO au casting cinq étoiles. L’amitié fulgurante entre Jen et Judy, pourtant très différentes l’une de l’autre, crève l’écran au point que certain.e.s fans s'imaginent déjà une romance lesbienne, et au fur et à mesure des épisodes se dessine le vrai thème de la série : la sororité, qui triomphe malgré les embûches semées par la vie. Un thème déjà exploré par la réalisatrice Liz Feldman dans sa série 2 Broke Girls, et un show féministe à sa façon. Car s’il n’est pas question de violences conjugales ni de viol comme dans Big Little Lies, Dead to Me parle tout de même carrière sacrifiée, fausses couches et ménopause – autour d’un verre de Chardonnay et les deux pieds dans la piscine.


5% de You

En plus de miser la carte de l’intrigue policière comme sa consœur de Netflix, Dead to Me est une série pile dans l’air du temps. You s’inspire de notre surconsommation de réseaux sociaux et du narcissisme de l’époque ? Dead to Me utilise les jeux vidéo en ligne pour faire avancer son intrigue et s’amuse avec les sujets du moment, de l’appropriation culturelle au racisme. Et, tout comme dans You, la question de la légitimité d’une seconde saison se pose, après un ultime épisode qui pourrait très bien clore définitivement l’intrigue. Le plus de la série de Liz Feldman ? Ici, pas de romantisation du féminicide contrairement à You, car ce sont les hommes qui tombent comme des mouches. So 2019, on vous dit...

C.C.-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires