"Amour fou" : excellent thriller avec Clotilde Hesme et Jérémie Rénier "Amour fou" : excellent thriller avec Clotilde Hesme et Jérémie Rénier

Séries 

"Amour fou" : excellent thriller avec Clotilde Hesme et Jérémie Rénier par Emilie Semiramoth

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 21 Février 2020

Arte s’est fait une spécialité des mini-séries en trois épisodes. Et ce thriller aux accents hitchcockien est une parfaite réussite.

Thriller domestique
Rebecca (Clotilde Hesme) et Romain (Jérémie Rénier) vivent ensemble et ont tout pour être heureux en apparence. Cependant quelques fissures se font jour dans le couple, notamment parce que Romain désire ardemment avoir un enfant et fait peser une certaine pression sur Rebecca. Et puis son frère, Mickaël – joué avec une antipathie jouissive par Finnegan Oldfield – emménage avec sa copine dans la maison d’en face. La présence de ce mauvais garçon patenté sème alors le trouble. La chronique de mœurs vire rapidement au thriller lorsqu’après une soirée arrosée, une violente dispute éclate entre Mickaël et sa compagne. La disparition soudaine de cette dernière fait naître de vives angoisses chez Rebecca qui craint le pire.

L’ombre de Chabrol et d’Hitchcock
La vie de province au calme, le petit couple bourgeois bien sous tous rapports, la femme médecin, le mari concessionnaire automobile… Voilà les ingrédients qui ont souvent nourri les films de Claude Chabrol. Amour fou se sert du thriller pour ausculter les arcanes de la bourgeoisie. Derrière ces apparences tout à fait banales s’articulent des mécanismes de domination et de révolte sociales. L’ascension prend alors un goût de revanche, nourrie par des traumatismes d’enfance. Une enfance qui, pour une fois, ne sert pas de vaine justification aux personnages. Elle est bel et bien le terreau qui va déterminer leur destinée. La référence à Alfred Hitchcock est elle aussi explicitement assumée. La plus évidente étant le prénom donné à l’héroïne, Rebecca, qui fait écho au chef d’œuvre du maître du suspense avec Joan Fontaine et Laurence Olivier. Les rebondissements, nombreux, surviennent sans qu’on ne les voie venir et nourrissent une intrigue toujours plus haletante. Les manipulations génialement retorses piègent les personnages comme les spectateurs avec un jeu de faux-semblants habilement mis en place.

 

Clotilde Hesme fascinante
Froide et inaccessible comme les plus grandes héroïnes hitchcockiennes, Clotide Hesme compose son personnage en multipliant les nuances de son jeu. Centre névralgique de cette intrigue à tiroirs, elle incarne une nouvelle version de la femme fatale. Son ambivalence fait fi des caricatures habituelles du genre. Rebecca est un personnage complexe nourri d’un feu glacé de contradictions. Elle est bouleversante dans sa détermination, sa force implacable et la fragilité qui transparaît par quelques rais ténus de lumière. Derrière son sourire apaisant, une tristesse profonde émerge par instants. Elle évolue comme un astre noir à l’attraction inévitable et tellement mystérieuse qu’on ne peut se résoudre à ne pas essayer de la déchiffrer. Clotilde Hesme, prix de la meilleure interprétation féminine lors du dernier festival de Luchon, confirme une fois de plus son immense talent.

"Amour fou", une série créée par Ingrid Desjours, Florent Meyer, Mathias Gokalp avec Clotilde Hesme, Jérémie Rénier, Finnegan Oldfield… Jeudi 20 février sur Arte et arte.tv.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires