"Baby" : on se laisse tenter par le "Gossip Girl" italien de Netflix "Baby" : on se laisse tenter par le "Gossip Girl" italien de Netflix

Séries 

"Baby" : on se laisse tenter par le "Gossip Girl" italien de Netflix par Sophie Bouchet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 11 Décembre 2018

Ce n’est un secret pour personne, après avoir revisité le teen drama à maintes reprises, avec "13 Reasons Why" notamment, Netflix lance désormais ses versions européennes : le show espagnol "Elite" dans un premier temps, puis "Baby", sa série italienne. Que vaut cette dernière ?

Chiara vit dans un quartier privilégié de Rome et est élève du lycée privé le plus select de la ville. Entre des parents séparés qui continuent de vivre sous le même toit et un crush qui ne semble pas s’intéresser à elle, la jeune fille se construit une vie secrète pour échapper à la "triste réalité" de son existence d’adolescente.

Rien de nouveau sous le soleil pour cette nouvelle variante du teen soap à la Gossip Girl, souvent imité mais jamais égalé, qui décide pourtant d’aborder des sujets sensibles (la prostitution et la pratique de la sex tape chez les mineurs) sans tomber dans le trash. Dans Baby, on ne verra pas de scènes explicites et aucun regard dérangeant porté sur ces mineurs. Un contre-pied aux scènes dures montrées dans 13 Reasons Why notamment. Mais ce n’est pas pour autant que Netflix a échappé aux polémiques. Si la série se veut plus contemplative et touche seulement du bout des doigts aux sujets sensibles, elle a été accusée d’encourager la prostitution. Cette trame de l’histoire, qui semble vouloir montrer la dérive de la jeunesse dorée moderne, serait inspirée par des faits réels qui aurait donné son titre au show : le scandale "Baby Squillo" (les prostituées bébés") qui s’est déroulé à Rome en 2013. Deux adolescentes d’un quartier aisé de Rome s’étaient prostituées pour se payer des vêtements de luxe, exactement comme Chiara et sa copine Ludovica dans Baby.

Là où Baby se distingue, c’est à travers une esthétique léchée. Les plans travaillés et un filtre de couleur bien choisi en font une série belle à regarder. Et ces images sont sublimées par une bonne bande-originale electro, qui comprend notamment les chansons mélancoliques de London Grammar et de James Blake. Inconnu au-delà des frontières italiennes, le casting porté par l’actrice Benedetta Porcaroli demeure également l’un des atouts majeurs du show. Sans les comparer aux nombreuses références du genre (Thirteen, Gossip Girl, The Bling Ring, etc.), les six épisodes de Baby se regardent avec plaisir.

Baby, disponible dès maintenant sur Netflix.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires