"Wonder Woman 2" sera le premier film à suivre des mesures anti-harcèlement sexuel

News

Harcèlement sur les tournages : "Wonder Woman 2" va montrer l'exemple

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 24 Janvier 2018

Cet été débutera le tournage de "Wonder Woman 2". En réaction aux nombreux cas de harcèlements sexuels révélés ces derniers mois à Hollywood, le film sera le premier à adopter des mesures anti-harcèlement tout au long du tournage.

L’ère post-affaire Weinstein a officiellement commencé à Hollywood. Afin de lutter contre le harcèlement sexuel subi en majorité par les actrices lors des tournages, le Producers Guild Awards, le syndicat des producteurs hollywoodien, a mis en place une sorte de charte de bonne conduite à suivre sur les tournages : l'"Anti-sexual harassement guidelines". Et la réalisatrice de Wonder Woman 2, Patty Jenkins, est la première à vouloir l'appliquer. Le PGA espère ainsi changer les mentalités dans l'industrie du cinéma et "éliminer les abus". Le règlement comprend plusieurs recommandations à l'attention des réalisateurs et acteurs. Certaines tombent tellement sous le sens qu'on est étonnées qu'il soit nécéssaire de les rappeler.... Jugez plutôt : 

1. Obéir aux lois fédérales et locales sur le harcèlement.
2. Mettre en place des formations anti-harcèlement en face à face.
3. Être vigilant et empêcher le harcèlement sexuel pendant la production.
4. Établir des procédures rapportant les éventuels harcèlements.
5. Les rapports sur le harcèlement seront écoutés et pris en compte.
6. Être conscient des possibles vengeances à l’encontre des salarié(e)s qui rapportent le harcèlement.
7. Toutes les réunions et les castings devront être tenus dans un environnement sûr, professionnel et confortable.

Le protocole exige également que les tournages accueillent au moins deux "référents" vers qui les membres de l'équipe pourront se tourner s'ils souhaitent se confier sans craindre des représailles. "Le harcèlement sexuel ne peut plus être toléré dans notre industrie ou dans les rangs du Producers Guild" ont déclaré les présidents du syndicat Gary Lucchesi et Lori McCreary à Variety. "Nous vivons une époque charnière dans notre société, où les règles de comportement sur un lieu de travail et en dehors sont réévaluées. Les producteurs ont l'autorité suffisante sur et en dehors des plateaux pour insuffler une nouvelle dynamique qui installera un environnement de travail basé sur le respect mutuel."

En novembre dernier, Gal Gadot, l’actrice principale du film, avait dénoncé le comportement de son producteur Brett Ratner, allant même jusqu’à menacer de refuser de participer à la suite si ce dernier n’était pas mis à l’écart. L’homme a été accusé de harcèlement sexuel par plusieurs actrices dont Olivia Munn (X-Men, Apocalypse) et Ellen Page (Juno, Inception).


Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus