Sexe : on sait qui se cache derrière "L’Origine du monde", la vulve-star de Gustave Courbet Sexe : on sait qui se cache derrière "L’Origine du monde", la vulve-star de Gustave Courbet

News

Sexe : on sait qui se cache derrière "L’Origine du monde", la vulve-star de Gustave Courbet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 1 Octobre 2018

Mais qui était donc la femme ayant servi de modèle à "L’Origine du monde" de Gustave Courbet, célébrissime tableau représentant un sexe féminin en gros plan ? Ce mystère de l’histoire de l’art vient d’être résolu… par le plus grand des hasards.

C’est un épais mystère que vient d’éclaircir Claude Schopp, et ce, sans le vouloir. Comme le rapporte l'AFP, le biographe étudiait la correspondance de George Sand et d’Alexandre Dumas fils, quand il a repéré l’annotation suivante, rédigée par Dumas : "On ne peint pas de son pinceau le plus délicat et le plus sonore l’interview de Mlle Queniault de l’Opéra". Après avoir comparé la retranscription sur laquelle il travaillait au manuscrit original, Claude Schopp a réalisé que l’auteur avait écrit non pas "interview", mais "intérieur", et qu’il évoquait ainsi… le sexe d'une certaine Constance Quéniaux.

"Ce fut comme une illumination", explique le biographe : Constance Quéniaux est la femme qui a servi de modèle à la célèbre Origine du monde, peinte par Gustave Courbet en 1866 et exposée au Musée d’Orsay. Danseuse à l’opéra de Paris, courtisane et bisexuelle, Constance Quéniaux était dans les années 1860 la maîtresse de Khalil-Bey, diplomate turco-égyptien qui avait commandité l’œuvre. Si son identité avait été oubliée pendant 152 ans, c’est que la courtisane était ensuite devenue une philanthrope respectable, estime Sylvie Aubena. Pour la directrice du département des estampes et de la photographie de la BNF, on est désormais sûrs "à 99 % que le modèle de Courbet était bien Constance Quéniaux". Et si certain.es estiment que cette révélation tue le mystère de l’œuvre, on peut aussi se réjouir que son modèle est désormais un nom et un visage.

C.C-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus