Mais où est passé le tableau le plus cher du monde ? Mais où est passé le tableau le plus cher du monde ?

News

"Salvator Mundi" : mais où est passé le tableau le plus cher au monde ? par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 29 Avril 2019

Alerte : le tableau le plus cher du monde, le "Salvator Mundi" de Leonard de Vinci, a disparu. Vendu aux enchères à un prix pharaonique en 2017, il n’a depuis plus jamais été aperçu en public. Un problème de taille puisqu’il devait faire partie d’une rétrospective consacré à son créateur en octobre 2019.

Le Salvator Mundi, une œuvre attribuée à Léonard de Vinci, est le tableau le plus cher au monde. Vendu aux enchères en 2017 pour 450 millions de dollars, il aurait dû faire partie d’une exposition organisée au Louvre Abou Dhabi en septembre 2018, mais elle avait finalement été annulée. Et pour cause, le tableau star a disparu des écrans radars. Depuis sa vente historique par la célèbre maison Christie’s, il n’est plus jamais réapparu en public. Problème : le 2 mai 2019, la France et l’Italie commémoreront les 500 ans de la mort de son créateur, et dès octobre 2019 une grande rétrospective consacrée à l’artiste sera organisée au Louvre...

Ce tableau, représentant le Christ émergeant des ténèbres, se retrouve donc au cœur d’une énigme digne d’une partie de Cluedo. Et ça n’amuse pas du tout le Louvre parisien, sa crédibilité étant mise à rude épreuve. "Le Louvre a demandé au Département de la culture et du tourisme d’Abu Dhabi le tableau en prêt", confie le musée. Sans réponse pour le moment. Interrogé par l’AFP, le ministère de la Culture et du Tourisme émirati n’a pas souhaité répondre, indiquant simplement que le pays était "propriétaire" du tableau.

Mais où peut bien se trouver le Salvator Mundi ? Certains le pensent caché dans une cave d’Abou Dhabi, d’autres estiment qu’il n’y est jamais arrivé et qu’il se situe "dans un musée à Genève"… Un secret qui semble donc bien gardé, tout comme l’identité de l’acheteur qui, selon le Wall Street Journal, ne serait autre que le prince saoudien Badr ben Abdallah, agissant au nom du puissant prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane. Une rumeur qui n’a jamais été confirmée, ni démentie, par le principal intéressé. De son côté, la maison Christie’s assure que le transfert du tableau "à ses nouveaux propriétaires" s’est déroulé "avec succès", et "sous le contrôle d’experts compétents". Le mystère reste entier.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires