L’expo "Toutânkhamon": est-ce que cela vaut 24 euros (et ce déluge de promo) ? L’expo "Toutânkhamon": est-ce que cela vaut 24 euros (et ce déluge de promo) ?

News

L’expo "Toutânkhamon": est-ce que cela vaut 24 euros (et ce déluge de promo) ? par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 27 Mars 2019

Première page de Libé, mags et télés en émoi… Toutânkhamon aurait-il jeté un sort à tous les médias français ? On est allé rendre visite au fameux pharaon...

Parlons "money", tout d’abord. En imaginant que vous êtes accompagnée d’un.e adulte et deux enfants et que vous ne pouvez voir l’expo "Toutânkhamon, les trésors du pharaon", que le week-end, il vous en coûtera donc 88 euros (2X 24 + 2 X 20), à quatre, pour aller mater les trésors découverts dans le tombeau du pharaon. Ouch ! Sans compter la bonne demi-heure d’attente avant de pénétrer dans la Grande Halle de La Villette. Un conseil, donc: allez-y en solo ou en duo et laissez les gamins y aller avec leur classe (en semaine, les écoliers sont nombreux à brailler, mais en voir quelques-uns en extase devant un collier Ousekh est un tout de même un joli moment).

Celui qui est aussi tombé sacrément en extase, en 1922, c’est l’archéologue anglais Howard Carter lorsqu’il découvrit le fameux tombeau dans la Vallée des Rois en Égypte. Un gamin égyptien travaillant avec lui avait trouvé la première marche. Puis il y a eu le premier coup de pioche reconstitué dans un film en fin de parcours de l’expo. Grâce à la musique de fond très lounge et à la lumière tamisée, on fait peu à peu abstraction de la foule, gênante, certes, mais ne pouvant dépasser les 400 personnes en même temps. Les aventures d’Indiana Jones, c’est quasiment de la gnognotte, en comparaison de ce qu’a vécu Carter.
Une scénographie astucieuse avec intro digne d’un parc d’attraction nous envoie direct sur les traces de l‘égyptologue. On ressent presque son émotion devant cette caverne d’Ali baba, rempli de plus de 5400 objets, et pas de la camelote. Plus de 150 d’entre eux sont à voir tout le long du parcours. Et tant pis s’il n’y a pas le célèbre masque mortuaire ! On apprend que Carter avait fait construire un chemin de fer pour trimballer les trésors jusqu’au musée du Caire, que des bébés momifiés ont été trouvé près du pharaon, dont le corps avait été privé de tous ses organes répartis dans divers vases canopes, et que les premières fake news datent de cette époque. Le mécène de Carter étant mort d’une piqûre de moustique un an après la découverte du tombeau, les journaux  prétendirent que la joue du pharaon présentait cette même marque de moustique sur la joue. Faux ! (mais rigolo). Ils avancèrent aussi que Toutânkhamon avait été assassiné. Il est mort d’une infection du tibia à l’âge de 19 ans. C’est bêta.

"Toutânkhamon, les térsors du pharaon" Jusqu’au 15 septembre 2019 à la Grande Halle de La Villette à Paris

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires