Le bilan du festival Chéries-chéri 2019 : brillant ! Le bilan du festival Chéries-chéri 2019 : brillant !

News

Le bilan du festival Chéries-chéris 2019 : brillant ! par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 28 Novembre 2019

Avec ses 15 000 entrées en huit jours et sa large programmation, Chéries-chéris se hisse au niveau des grands festivals de films LGBTQI du monde entier. On n’a pas pu tout voir ( il aurait fallu y passer toutes ses journées). Mais ce qu’on a vu était de très grande qualité. L’année prochaine, on campera sur place !

Zut ! Le film qui a gagné le grand prix, Brooklyn Secret, avait échappé à notre attention. L’histoire d’une Philippine new-yorkaise trans qui paie secrètement un Américain pour organiser un mariage blanc. "Sa richesse et sa part de mystère sont les grandes qualités du film, a déclaré le réalisateur Rodolphe Marconi, membre du jury. La confiance dans les spectateurs, dont fait preuve la réalisatrice Isabel Sandoval, nous a semblé une grande promesse du cinéma." On se rattrapera (et on en reparlera) à sa sortie le 18 mars prochain. En revanche, un film qui n’a pas échappé à notre attention, c’est Deux, de Filippo Meneghetti, qui a fait la clôture du festival. Dommage qu’il n’ait pas été en compétition. Au bout de deux heures, on ne voulait plus lâcher les deux héroïnes, des retraitées qui s’aiment depuis des décennies mais qui, aux yeux de leur entourage, passent pour des voisines, chacune ayant son propre appartement sur le même pallier.  Mais un accident va enrayer cet étrange arrangement. Au côté de Barbara Sukowa et Martine Chevalier, parfaites, Léa Drucker montre une fois de plus qu’elle peut tout jouer.  Notre voisine, dans la salle de ciné, a beaucoup pleuré.

Côté garçons, il y avait aussi du très bon. Le Darkroom drops of deaths, de Rosa Von Prauheim nous a rappelé ce terrible fait divers survenu à Berlin en 2015 : un garçon a empoisonné ses amants au GHB sans éveiller les soupçons de son partenaire. Heureusement que l’acteur principal a apporté un peu d’humanité à ce sombre personnage. L’atmosphère claustrophobe et la beauté du héros dans le film Chilien El Principé, de Sebastien Munoz, nous a aussi donné des frissons. Tenir le spectateur une heure rentre en haleine devant une histoire d’amour empreinte de violence dans un cellulee de quatre mètres carrés rappelle l’exploit de Lenny Abrahamson avec le film Room. Et aussi le célèbre Midnight express d’Alan Parker. Enfin l’acteur du film Le colocataire, Gaston Re, a amplement mérité son prix d’interprétation. Presque mutique tout le long de ce film argentin, face aux pirouettes sentimentales de son partenaire bi, il n’exprime sa détresse que par les regards et ne devient loquace qu’à la toute fin, lors d’une scène très émouvante avec sa petite fille "Tu sais, c’était mon amoureux, Juan" – "Mais papa, pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt."

En même temps que le festival, le film Knives ans skin est, hélas, sorti un peu inaperçu au cinéma. Courez le voir tant qu’il est encore temps. Ce thriller riche en couleurs et en chansons de la réalisatrice Jennifer Reeder, qu’on avait rencontrée au festival de Deauville, est un petit bijou, étrange et psychédélique. Notre seul bémol concerne le film Lola vers la mer. Malgré son sujet fort et la présence de Benoît Magimel, comme toujours impeccable, le film est entaché de trop de maladresses pour qu’on adhère totalement au destin de cette jeune trans qui tente de renouer avec son père des liens depuis longtemps délités. Rendez-vous l’année prochaine pour un nouveau Chéries-chéris, avec en plus, les nouvelles salles du MK2 nation et son roof top pour tous se retrouver ? On peut rêver…
Brooklyn Secret, d’Isabel Sandoval, sortie le 18 mars
Knives and skin, de Jennifer Reeder, en sall
Lola vers la mer, de Luarent Micheli, sortie le 11 décembre
Deux, de Fillipo Meneghetti, sortie le 12 février

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires