"La terre à plat" sur Netflix : un documentaire rondement mené "La terre à plat" sur Netflix : un documentaire rondement mené

News

"La terre à plat" sur Netflix : un documentaire rondement mené par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 11 Juin 2020

Êtes-vous globistes ou platistes ? Pour certains, dire que la terre est ronde serait une opinion, non pas un fait scientifiquement prouvé. Le réalisateur Daniel J. Clark a rencontré quelques-uns de ces doux dingues. Mais sont-ils si doux que ça ?

Plate comment ? Comme une limande, une poêle à frire ? Ou plutôt comme une crêpe avec des blocs de glace tout autour pour faire office de chantilly ? Et si on dépasse les blocs de glace, eh bien, eh bien… heu… on tombe dans le vide.  Ce pourrait être une blague, et pourtant des milliers de gens y croient. Selon un sondage ifop, 9% des Français pensent qu’il serait possible que la terre soit plate et non pas ronde. Aux États-Unis, ils sont des milliers à adhérer à cette thèse démente. Et qu’importe si, comme dans ce doc Netflix, des astronautes racontent leur expérience dans l’espace : "Je me demande même pourquoi je parle de ce sujet !"  s’amuse l’un d’entre eux face caméra. Le spationaute français Thomas Pesquet nous l’a bien racontée, lui, lors d’une interview pour Glamour, son émotion de voir cette boule bleue perdue dans le cosmos. Mais en l’écoutant, Mark ou Patricia, que suit le réalisateur Daniel J. Clark, penserait qu’il est à la solde du gouvernement. Le premier vit chez sa maman. La seconde dans une immense maison aseptisée en Floride. Ils animent tous deux un podcast, ressassant leur folle thèse. On se doute, en les voyant, qu’ils ont de petits problèmes. Trop d’opérations de chirurgie esthétique pour l’une. Et peut-être une homosexualité non assumée pour l’autre ? Comme des gamins faisant l’école buissonnière, ils visitent le musée de la NASA en pouffant de rire, et parce que telle ou telle animation ne fonctionne pas bien, ils y voient la preuve flagrante que le gouvernement américain mène le monde entier en bateau avec cette histoire de terre ronde. On éprouve pour eux un peu de peine mêlée à de la tendresse. Mais on a aussi envie de les secouer comme des pruniers. Bon, allez, ça suffit maintenant ! Ce qui ne servirait à rien. Car Patricia et Mark sont heureux dans leur communauté de platistes où ils sont considérés comme des célébrités. Invités à la "Première convention nationale de la terre plate", ils se font tout beaux pour y aller. Ils répètent leur texte. Là-bas ils ne prêcheront que des convaincus. Si on les privait de leur foi, ils retourneraient à leur solitude. On ne leur demanderait plus d’autographes. Aucune caméra ne les suivrait. Alors comme la maman de Mark dans le documentaire, on peut décider de les laisser à leur douce dinguerie… tant qu’ils ne décident pas d’exterminer tous ceux qui ne croient pas comme eux.
La terre à plat (Behind the curve) de Daniel J. Clark sur Netflix

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires