"Douglas Fairbanks, je suis une légende" : un doc fascinant sur la naissance de Hollywood "Douglas Fairbanks, je suis une légende" : un doc fascinant sur la naissance de Hollywood

News

"Douglas Fairbanks, je suis une légende" : un doc fascinant sur la naissance de Hollywood par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Jeudi 3 Janvier 2019

Ne ratez pas ce doc sur l’acteur Douglas Fairbanks, en replay sur Arte. Le personnage incarné par Jean Dujardin, dans le film "The Artist", c’est lui !

C’était il y a 100 ans, à une époque où Hollywood n’était encore qu’une gigantesque terre cultivable. Avant que les fameuses lettres ne se dressent à flanc de colline. Un homme se fit construire à cet endroit, à Beverly Hills exactement, la première grande villa hollywoodienne, avec une piscine si grande qu’on pouvait y faire du canoé.  Cet homme s’appelait Douglas Fairbanks. Et il n'était pas aussi beau que Jean Dujardin qui l'incarne dans le film "The artist", il était mieux que ça : souriant, charismatique, doté d’une énergie électrisante. Star du cinéma muet, il fut tour à tour Zorro et Robin des bois, l’un des Trois mousquetaires et Le Voleur de Bagdad à l’écran. Condamnée à jouer les petites filles la trentaine passée, sa femme, Mary Pickford n’en était pas moins une grande vedette, à l’égal de Garbo et de Dietrich. Et son meilleur ami n’était autre que le trépidant Charlie Chaplin. Tous les trois fondèrent United Artists, l’un des premiers grands studios Hollywoodiens, rival de la Metro Goldwyn Mayer et de la Warner Bros. Avec eux, et les milliers de petites mains féminines qui travaillaient la pellicule, Hollywood était né, de façon à la fois artisanale et grandiose. 

Mais où donc les Françaises Clara et Julia Kuperberg, déjà auteures de l’excellent "Et la femme créa Hollywood", ont trouvé ces incroyables archives en noir et blanc ? Eh bien, en France, justement ! Pari risqué mais relevé haut la main par les deux sœurs documentaristes : faire parler Douglas Fairbanks à la première personne. C’est Laurent Lafitte qui s’y colle. Et la voix de l’acteur apporte de l’humanité à ce Fairbanks qui, malgré son perpétuel sourire, semble insaisissable, mystérieux.  Devant ces images en noir et blanc, et ce défilé de stars de l’âge d’or, on est aussi fasciné que mélancolique. Hollywood a bien changé. Et le monde avec lui.

Douglas Fairbanks, je suis une légende de Julia et Clara Kuperberg, sur Arte à voir en replay jusqu'au 9 janvier, ci-dessous :

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre Politique de Confidentialité et notre Gestion des Cookies.