Culture : une exposition qui plagie l’artiste Basquiat annulée grâce à Twitter Culture : une exposition qui plagie l’artiste Basquiat annulée grâce à Twitter

News

Culture : une exposition qui plagie l’artiste Basquiat annulée grâce à Twitter par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 22 Février 2019

Mi-février 2019 devait se tenir à Paris l’exposition du peintre Guillaume Verda. Celle-ci a été annulée pour plagiat, l’artiste ayant tout bonnement copié le travail de Jean-Michel Basquiat. Une forme de pillage tout, sauf rare…

À Paris, l’artiste Guillaume Verda vient d’annuler son exposition, qui était prévue du 16 au 24 février 2019 à la galerie Sakura, après des accusations de plagiat qui ont émergé sur les réseaux sociaux. Le peintre a en effet clairement copié le travail de la légende Jean-Michel Basquiat, sans même prendre la peine de citer son influence. Et sans que la galerie ne s’en étonne… alors que les œuvres de Jean-Michel Basquiat étaient exposées à la Fondation Louis Vuitton très recemment, du 3 octobre 2018 au 21 janvier 2019. Pire encore, l’artiste s’est moqué des remarques qui lui ont été faites sur Instagram, comme l’a noté le twitto @OneBananaADay.
 


Et si la polémique a été intense, au point que la galerie a été contrainte d’annuler l’exposition, c’est qu’elle entre dans le cadre d'un problème plus large : le vol du travail des artistes afro-descendants par des artistes blancs, dont certains extrêmement connus. Picasso, dans sa période dite africaine, a par exemple acheté une quantité d’œuvres issues de ce continent (masques, statues…) et a par la suite largement reproduit les volumes, les formes et les couleurs de celles-ci. Une exposition présentée à Johannesburg en 2006 avait d’ailleurs déclenché une énorme polémique, tant la ressemblance entre le travail de l’Européen et celui des arts africains était criante. Le porte-parole du ministère de la culture d’Afrique du Sud, Sandile Memela, avait, dans une lettre envoyée à titre personnel au quotidien sud-africain The Star, soulevé le problème : "Cette exposition nous révèle que Picasso ne serait jamais devenu l’artiste reconnu qu’il a été s’il n’avait pas volé et adapté les œuvres d’artistes africains anonymes". Picasso n’ayant jamais crédité ses influences, et l’histoire de l’art évitant soigneusement la question. Sans parler des propos de Picasso lui-même, qui affirmait en 1950 que "les bons artistes copient, les grands artistes volent".

Mais le problème n’est pas spécifique à la peinture ; il s’étend également à d’autres domaines culturels, comme la musique. Quels artistes sont à l’origine du jazz, du rock ou encore du rap ? Ni Tony Benett, Elvis Presley et Eminem. Parlons plutôt de Louis Amstrong, Sister Rosetta Tharpe et Sugarhill Gang, des artistes afro-descendants dont on oublie trop souvent le nom – lors des dernières Victoires de la musique, début février, il avait ainsi été affirmé qu’Elvis Presley était l’inventeur du rock.
 

 

A.F.-M. avec C.C.-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires