"Cocteau-Al Brown, le poète et le boxeur" : un doc aussi puissant qu’un uppercut "Cocteau-Al Brown, le poète et le boxeur" : un doc aussi puissant qu’un uppercut

News

"Cocteau-Al Brown, le poète et le boxeur" : un doc aussi puissant qu’un uppercut par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 28 Février 2020

Vous en connaissez beaucoup, vous, des boxeurs qui boivent du champagne au goulot entre deux rounds avant d’assommer leur adversaire ? Eh bien, voilà comment était Al Brown, sportif de haut niveau, protégé de Jean Cocteau, que le réalisateur François Lévy-Kuentz fait revivre le temps d’un documentaire fascinant. A voir sur France 5, le samedi 29 février.

Ceux qui ne l’aimaient pas l’appelaient "La danseuse". Parce qu’il était gay et que sur le ring, il semblait danser, esquivant les coups avec grâce et les rendant avec une rapidité inouïe. Une droite, une gauche et hop ! L’adversaire était au sol. Né au Panama en 1902, Al Brown fut d’abord une star de la boxe dans son pays, puis aux États-Unis avant d’aller s’installer à Paris pendant les années folles. Loin de la ségrégation raciale en vigueur en Amérique mais n’échappant tout de même pas en France aux cris de singe, insultes et quolibets qui accompagnaient ses victoires. Car Al faisait d’autant plus enrager ses détracteurs qu’il gagnait élégamment tous ses matchs. Jusqu’au jour où un entraîneur traître, Bobby Diamond, le drogua volontairement avant un match truqué. Déclassé, Al se retrouva à faire le pitre dans des cabarets parisiens, parfois au côté de Joséphine Baker. C’est lors d’un de ces spectacles qu’il attira l’attention du poète Jean Cocteau qui décida de le remettre sur le ring. Leur amitié dura deux ans. Furent-ils amants ?  On n’en est pas certain. Al aimait les hommes blonds plus jeunes que lui, et Cocteau était déjà un homme mûr à l’époque. Magistralement réunies par François Lévy-Kuentz et sobrement commentées par l’acteur Gaspard Ulliel, les images d’archives qui forment l’essentiel de ce documentaire sont impressionnantes. On peut presque les toucher du doigt, ces années folles ! Et l'on s’étonne : que cet Al Brown s’habillait bien ! (comme beaucoup de ses contemporains, d’ailleurs. Nous, on a l’air de vieux torchons en comparaison). Et comme il avait l’air cool, opposant un visage radieux aux pires coups du sort. A la fin de chaque match, on le voit enlacer ses adversaires comme pour se faire pardonner de leur avoir mis une rouste. "Je ne m’y connais pas en boxe mais je m’y connais en génie, a dit Cocteau à l’époque à propos de son protégé. Et ce garçon-là a du génie." À l’issue de ce documentaire, où s’imbriquent judicieusement des images animées, on en est aussi tout aussi persuadé.

« Cocteau-Al Brown, le poète et le boxeur », de François Levy-Kuentz sur France 5, le 29 mars à 22H 25 et en replay

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires