César 2020 : l’Académie annonce sa démission collective César 2020 : l’Académie annonce sa démission collective

News

César 2020 : l’Académie annonce sa démission collective par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 14 Février 2020

Coup de théâtre aux César. Après plusieurs semaines de tensions et de polémiques, l’Académie a annoncé sa démission collective. Une première qui fait déjà couler beaucoup d’encre.

À quelques jours de la 45ème cérémonie des César, qui doit se dérouler le 28 février 2020 à la Salle Pleyel à Paris, l’Académie a annoncé sa démission collective dans un communiqué rendu public le 13 février 2020. "Pour honorer celles et ceux qui ont fait le cinéma en 2019, pour retrouver la sérénité et faire que la fête du cinéma reste une fête, le conseil d’administration de l’Association pour la promotion du cinéma a pris la décision à l’unanimité de démissionner. Cette démission collective permettra de procéder au renouvellement complet de la direction", ont écrit les membres.

Une annonce explosive qui intervient dans un climat déjà extrêmement tendu. Le malaise a commencé lorsque, lors du dîner des Révélations des César du 13 janvier dernier, Michel Hazanavicius, Cédric Klapisch et Marina Foïs sont revenu.e.s sur le fait qu’il y avait "des artistes désirables et indésirables". L'Académie a effectivement refusé que Virginie Despentes et Claire Denis, "pas assez légitimes et médiatiques", soient marraines de l’évènement. L’annonce quelques semaines plus tard de la multi-nomination de Roman Polanski et de son film J’accuse n'a, logiquement, pas arrangé les choses. Alain Terzian, le président de cette institution depuis 2003, déjà sous le feu des critiques, a alors été appelé à démissionner. Pour finir, le 11 février 2020, 200 personnalités du cinéma français ont publié une tribune dans Le Monde et ont dénoncé un "manque d’opacité". "Nous n’avons aucune voix au chapitre ni dans les fonctionnements de l’Académie ni dans le déroulé de la cérémonie", ont alors déploré les signataires avant de réclamer "une refonte en profondeur des modes de gouvernance de l’Association et des fonctionnements démocratiques qui les encadrent".

Pour tenter de sauver sa place, Alain Terzian avait annoncé avoir engagé un médiateur du Centre national du cinéma afin de mettre en place les réformes nécessaires. En vain puisque l’Académie vient tout juste d'annoncer son "renouvellement complet""L’assemblée générale qui se réunira après la cérémonie du 28 février 2020 pourra élire une nouvelle direction (…)", ont expliqué les membres de la commission. Dans un post publié sur Twitter, le ministre de la Culture, Franck Riester, a déclaré que la future direction devrait "permettre de représenter le cinéma français dans toutes ses esthétiques et sa diversité". "Cette gouvernance renouvelée doit permettre de représenter le cinéma français dans toutes ses esthétiques et sa diversité afin de permettre à l’Académie de continuer à incarner son rayonnement", a-t-il souligné. Vaste projet.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires