3 raisons pour lesquelles on est tristes que Bernard Guetta quitte France Inter 3 raisons pour lesquelles on est tristes que Bernard Guetta quitte France Inter

News

Pourquoi la chronique de Bernard Guetta va nous manquer sur France Inter par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 2 Juillet 2018

C’est le grand mercato dans les médias en cette fin d’année. Aux départs d’Edouard Baer de Radio Nova ou encore de Franck Ferrand d’Europe 1, s’ajoute celui de Bernard Guetta de France Inter. On a listé les 3 raisons pour lesquelles il est dur pour nous de le voir partir.

Bernard Guetta est l’une des figures emblématiques de la matinale de France Inter. Avec sa chronique "Géopolitique", le journaliste a rythmé les matins des auditeurs pendant 27 ans. S’il a décidé de quitter l’antenne, c’est pour se lancer dans un "tour du monde" et retrouver ce qu’il faisait avant : du grand reportage. Et même si l’on est pressés de lire les enquêtes qu’il publiera à ce sujet, nous n’en sommes pas moins tristes de le voir partir et de devoir bouleverser nos habitudes, pour trois bonnes raisons.

#1 Qui nous aidera à comprendre ce qu’il se passe dans le monde ?
Tous les matins à 8h17, le journaliste s’empare de l’antenne, à nous détacher de nos occupations. De ce ton qui lui est propre et d’une écriture si particulière, il arrive à faire soudainement disparaître toute la complexité des relations internationales. On se surprend à comprendre les tensions en Turquie, les retombées du Brexit et encore bien d’autres sujets, en moins de trois minutes. Combien d’heures passées à écouter un professeur d’histoire ou de géopolitique distrait, quand il suffit simplement d’écouter Bernard Guetta pour y voir plus clair...


#2 Tout le monde est attaché à lui
Et ça se ressent chaque matin. Ne serait-ce que dans la voix de Nicolas Demorand qui, avec un respect infini, le relance toujours en disant son prénom : "aujourd’hui, Bernard,… ". Ou au silence qui règne dans le studio quand il parle. Comme si c’était lui qu’on attendait. En plus de tous les auditeurs qui ont fait de lui l’éditorialiste le plus écouté de France, c’est aussi et surtout l’équipe de France Inter qui a été bouleversée d’apprendre son départ. Bernard Guetta fait partie du décor et Laurence Bloch, directrice de la station, n’a pas manqué de le souligner, dans une missive émouvante à lire juste après.
 


#3 Il part faire le tour du monde
Et on ne part pas avec lui. C’est uniquement pour cette raison que nous sommes tristes. Sinon, le journaliste part pour des raisons qu’on lui envie. "C'est un retour au journalisme que je pratiquais avant de faire de la radio, au grand reportage, a-t-il expliqué à l’AFP. Le monde a changé depuis deux ans au moins autant qu'avec la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide (...) avec le Brexit, l'élection de Donald Trump, la poussée des extrêmes-droites en Europe. J'ai besoin de partir à la découverte de ce monde nouveau". De ces voyages naitront des récits publiés chez Flammarion dont on pourra se délecter autant que de ses chroniques, on ne le perd donc pas vraiment. Le journaliste et France Inter ne pensent d’ailleurs pas arrêter une si belle collaboration de si tôt. Bernard Guetta envisage en effet à réhabiliter le reportage au format long sur les antennes… Et en voilà une très, très belle idée.

Toutes les chroniques de Bernard Guetta sont disponibles le site de France Inter

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus