"Un clou dans le bec" : la BD pour rembarrer les goujas "Un clou dans le bec" : la BD pour rembarrer les goujas

Livres

"Un clou dans le bec" : une BD pour rembarrer les goujats par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 13 Février 2019

En pleine ère post #metoo, cette BD à la fois féroce et hilarante sur les rapports hommes-femmes est le cadeau idéal et pas cher (10 euros !) à offrir aux copines ( et surtout aux copains )

Nouvel arrivage à la rédaction ce matin, Un clou dans le bec, la BD qui célèbre celles qui, d'un trait d'esprit, révèlent et ridiculisent le petit (ou gros) sexisme ordinaire. On a d'abord été conquis par la couverture rose fluo faussement girly (car tout le monde le sait, les filles naissent dans les roses et ne voient pas plus loin que les livres de Barbara Cartland). Puis par les scènes croquées par Emmanuelle Teyras et de Maxime Poisot, où des femmes de tous âges et d’univers différents rabattent le caquet des emmerdeurs qui sévissent au travail, dans la rue, en soirée ou même au sein de la cellule familiale. Ils sont nombreux donc, et leurs comportements sont aussi usants qu'aberrants.  

Parfois on rit jaune comme lorsque l'oncle de Louise lui pelote les seins en lui disant "Ça tétonnes !". Puis on rit tout court quand Louise lui chope le paquet pour lui montrer ce que ça fait de se faire tripoter. En plein coeur de la BD, une vingtaine de pages teintées de rose nous transporte dans un monde idéalisé, où les hommes courent dans les rayons de supermarché et où les profs font l'éloge du clito.

Bref, Un clou dans le bec, c’est la BD qui fait sourire tout en faisant réfléchir sur cette (plus ou moins) drôle d'époque, soi-disant libérée, sur laquelle pèse encore des siècles de domination masculine. Avec Maxime, l'auteur, et Emmanuelle, l'illustratrice, Claire Bretécher a trouvé ses dignes héritiers.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre Politique de Confidentialité et notre Gestion des Cookies.