"Oh Simone" : une chouette biographie pour (re)découvrir Simone de Beauvoir "Oh Simone" : une chouette biographie pour (re)découvrir Simone de Beauvoir

Livres

"Oh Simone" : une chouette biographie pour (re)découvrir Simone de Beauvoir par Céline Puertas

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mardi 23 Juin 2020

"Simone de Beauvoir est devenue une autrice qu’on cite beaucoup mais qu’on lit peu." Voilà pourquoi Julia Korbik a eu envie de lui consacrer cet ouvrage. Et grand bien lui en a pris. "Oh Simone" est une bonne manière de (re)découvrir cette pionnière du féminisme.

On connait tous.tes Simone de Beauvoir, brillante philosophe et pionnière du féminisme. Mais combien sommes-nous à l'avoir vraiment lue ? Julia Korbik est tombée en amours avec la femme et l'autrice quand elle était étudiante, et n'a depuis jamais cessé de l'admirer. Au point de lui consacrer un livre, Oh Simone, biographie moderne et détaillée qui se penche sur des aspects de sa vie (passionnante) peu connus du grand public. La preuve par 3.

#1 Elle était très proche de son père

Son père Georges rêvait d'avoir un fils. Il aura finalement deux filles, Simone d'abord, puis Hélène. C'est avec son ainée qu'il apprécie le plus converser. Il aime même répéter qu'elle a "un cerveau d'homme", comme le raconte Julia Korbik : "Ensemble, ils parlent culture et littérature. Il incarne pour elle le monde intellectuel – un monde d’hommes, bien loin du petit appartement familial." Pourtant, il ne sera pas toujours tendre avec elle : "Bien sûr, elle est intelligente et bonne élève, mais aux yeux de Georges, il lui manque quelque chose d’essentiel pour une femme : la beauté. Elle a douze ans lorsqu’il déclare la trouver laide. Plaisante-t-il ? Pas sûr. Acné, cheveux gras… la puberté n’est pas une période facile pour Simone qui se sent mal dans sa peau – comme tou·tes les adolescent·es finalement. (...) Simone est terriblement blessée et se souviendra de cette remarque toute sa vie, mais elle ne lui en tient pas vraiment rigueur. Rien ne peut entacher l’admiration qu’elle porte à son père."


#2 Elle a failli consacrer sa vie à Dieu

Du moins, c'était son projet jusqu'à ses 14 ans. Âge auquel Simone de Beauvoir fait sa crise de foi. Elevée par une mère très intrusive et très pieuse, elle va pourtant se détacher assez jeune de la religion. C'est aussi à cet âge qu'elle fera le choix de devenir écrivaine : "Mademoiselle de Beauvoir apprend peu à peu à penser par elle-même et réalise que de nombreux écrivains et philosophes ne sont pas croyants, comme son père. Elle constate également que les femmes se rendent bien plus souvent à l’église que leurs maris mais ne bénéficient pas pour autant d’un statut privilégié sur cette Terre : ce sont les hommes qui décident de tout 29. De quoi s’interroger…" Forcément.

#3 Elle n'a pas franchement eu le coup de foudre pour Sartre

Si elle connaît plusieurs passions alors qu'elle est étudiante, Simone de Beauvoir éprouvera des sentiments tardivement pour celui qu'elle côtoie sur les bancs de la Sorbonne, le plus "brillant et cynique" de tous ses camarades. Jean Paul Sartre est réputé pour draguer toutes les filles, elle le trouve "laid et peu sympathique". Mais le temps passé à ses côtés, notamment pour des révisions, révèlent son intelligence et son humour sans borne. Elle changera d'avis et acceptera finalement ses avances non sans y avoir mûrement réfléchi. Ensemble, ils obtiendront l'agrégation de philosophie en 1929. Il arrivera premier du concours, et elle seconde. Un exploit pour les femmes à l'époque, qui, comme le rappelle Julia Korbik, recevant une éducation moins qualitative que les hommes, doivent souvent s'y reprendre à plusieurs fois avant d'être diplômées.
En revanche, malgré l'immense admiration qu'elle lui porte, et l'intense relation qui les liera jusqu'à la fin, elle refusera toujours de l'épouser pour conserver sa liberté.

Oh Simone de Julia Korbik, éditions La ville brûle, 20€, disponible.

Julia Korbik par Lars Mensel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires