"L’Enfant perdue" : que vaut le dernier volet de "L’Amie prodigieuse" d’Elena Ferrante ?

Livres

Que vaut le dernier volet de "L’Amie prodigieuse" d’Elena Ferrante ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 13 Février 2018

Depuis sa sortie, le 18 janvier dernier, le quatrième volet de L’Amie prodigieuse, L’Enfant perdue, domine les ventes des livres en France, tout en étant très bien placé dans les classements étrangers. Côté intrigue, on est servies : devenue une écrivaine célèbre, Lena trompe son mari intellectuel avec Nino Sarratore, son fantasme de jeunesse et, accessoirement, ex amant de son amie d’enfance Lila. Pour le meilleur et, assez rapidement, le pire…Voici quatre bonnes raisons de lire L’enfant perdue de tout urgence.

1. On voyage, encore et toujours

Après les années 60 et 70 vécues par Lina et Lena, place aux années 80 puis au tournant du siècle… Les deux amies prennent de l’âge – le sous-titre du roman est "Maturité-Vieillesse". Le tout dans une Italie qui ne sait plus très bien où elle en est, à l’instar des personnages. Dans ce dernier volet, malgré de multiples escapades ici et là, Naples reprend la place qui était la sienne lors des deux premiers tomes, avec tous les attributs que lui confère Elena Ferrante : mélodramatique, mafieuse, socialement instable… Bref, violente. Une ville qu’aime et à la fois déteste la narratrice, Lena, et à laquelle Lila semble dévouée corps et âme. Mais si c’est Naples qui les a vues naître, c’est elle qui pourrait aussi causer leur perte… 

2. Le suspens est au rendez-vous

On doit le dire, le début traîne en longueur, quand Lena cherche sans cesse à remplir les cases de la femme accomplie et énumère ses états d’âme. Mais ensuite, on a le droit à de forts événements narratifs, comme le tremblement de terre à Naples du 23 novembre 1980 (130 morts et 1 500 blessés) ou la fameuse disparition mentionnée dans le titre. "L’enfant perdue", donc, qui tisse autour d’elle des centaines de fils tendus, prêts à rompre à tout instant. Enfin, la vie sentimentale de Lena, très libérée pour son époque et son statut social, connaît suffisamment de rebondissements pour ne pas nous ennuyer.

3. Ses héroïnes ne sont pas parfaites, et tant mieux

On peut même le dire : Lena nous tape sur les nerfs pendant une bonne partie du roman. Elle se fait mener en bateau par son amant Nino, se plaint de délaisser ses filles au profit de son travail, mais est franchement obsédée par sa réussite littéraire et sa célébrité. L’ego trip n’est jamais très loin. Lila, elle, est sombre, parfois menaçante, semblant ne jamais vouloir sortir des mauvais quartiers napolitains. Pourtant, toutes deux nous fascinent. Sans doute parce qu’elles sont, finalement, des femmes bien réelles avec une capacité à encaisser les chocs, leurs qualités respectives et surtout leurs défauts, leur jalousie et leurs erreurs de jugement. Comme nous, en somme. 

4. Il raconte une amitié pas comme les autres

D’ailleurs, qu’est-ce donc l’amitié ? Il y a de quoi se poser des questions en suivant la relation de Lena et Lila, fusionnelle ou en pointillés. Ici, on est loin des habituels clichés romanesques où, hormis une ou deux broutilles, les deux copines se montrent irréprochables, fidèles et loyales… Ici, elles se cherchent, s’agressent, se soutiennent, se surprennent, se méfient l’une de l’autre parfois. Lena et Lila prouvent qu’une grande histoire d’amitié peut être aussi tumultueuse qu’une love story. Et aussi toxique ? On vous laisse lire L’enfant perdue pour en juger…


"L’amie Prodigieuse - Tome 4 : L'enfant perdue" d'Elena Ferrante, Gallimard.



Sophie Rosemont

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus