5 livres à rattraper avant la fin de l'été 5 livres à rattraper avant la fin de l'été

Livres

5 livres à rattraper avant la fin de l'été par Sophie Rosemont

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

10 minutes

Publié le Lundi 23 Juillet 2018

Voici enfin le temps des vacances, et celui de se procurer les livres qui nous faisaient de l’œil depuis le printemps. A vos bulletins de rattrapage !

L’histoire d’un duo toxique : L’Invitation d’Elizabeth Day (Belfond)

Vous avez aimé le vénéneux Mr Ripley de Patricia Highsmith ? Vous adorerez L’Invitation, écrit par la brillante journaliste anglaise Elizabeth Day. Si elle n’en est pas à son premier coup, elle signe là son meilleur roman à ce jour. Le pitch est redoutable : lorsque Martin Gilmour, boursier et enfant mal-aimé, rencontre au pensionnat Ben Fitzmaurice, gosse de riches vers qui convergent tous les regards, c’est le début d’une longue et étrange amitié. Jalousie, stratégie mondaine, homosexualité latente… De quoi terminer en interrogatoire au poste de police. Alternant le récit de Martin et celui de sa femme Lucy, L’Invitation est un récit à la fois psychologique, social et policier. Bien joué !

Un récit d’apprentissage culotté : Goodbye, Loretta de Shawn Vestal (Albin Michel​)

La jolie Loretta a 15 ans. Même s’il ne la charme pas plus que ça, elle se laisse séduire par Bradshaw, qu’elle suit la nuit. Lorsque son père comprend qu’elle fait le mur, il décide de la marier de force à Dean Harder, beaucoup plus âgé qu’elle, qui est déjà marié et père de famille. Voici donc Loretta condamnée à être "épouse-sœur". Tout en ne se faisant plus aucune illusion sur le monde, elle rêve à nouveau de s’évader. Dans son sillage, Jason et Boyd, deux ados paumés et fascinés par une pop culture qui semble toujours leur échapper… Déjà auteur d’un recueil de nouvelles, l’Américain Shawn Vestal signe ici son premier roman et il est drôlement bien vu : le personnage de Loretta nous restera longtemps en tête.

Une biographie so british : Le Monde infernal de Branwell Brontë de Daphné du Maurier (La Table Ronde)

Voici la nouvelle édition immanquable de la saison. L’auteure de Rebecca, Daphné du Maurier, y retrace l’existence tourmentée du frère Brönte, Branwell. Bien parti pour être aussi doué que ses sœurs, il part néanmoins très tôt à la dérive, sombrant dans la dépression, la drogue et l’alcoolisme, pour mourir prématurément, à 31 ans. Jeune, mais aussi sans avoir réussi à se faire un nom, à accomplir ce qu’il pensait être son destin. On suit donc ici ses questionnements et ses malheurs, on s’étonne devant ce talent gâché, de peintre comme d’écrivain. Bref, une biographie tragique qui ne pouvait que plaire à Daphné du Maurier… et à nous par la même occasion !

Des confessions arty et people : La dernière photo de Franck Courtès (JC Lattès)

Avant de devenir le talentueux romancier qu’on connaît, Franck Courtès était photographe. Notamment pour la presse, qui lui doit de beaux portraits de célébrités. JoeyStarr, Nick Nolte, Michel Polnareff, Patrick Modiano, Pierre Bérégovoy, Agnès Varda, Raymond Depardon… Artistes, politiques ou sportifs, beaucoup passent devant son objectif qu’il doit enclencher à vitesse grand V pour satisfaire les commandes et les caprices des uns et des autres. Lui qui se dit "hanté par la photographie" raconte ici comment il a du la quitter pour renaître. Dans son style limpide, Franck Courtès confesse tous les rouages de cet ancien métier : la joie, l’attente, l’agacement, l’humiliation... Un bel autoportrait littéraire et (forcément !) visuel.

L’essai ultime sur le racisme : L’origine des autres de Toni Morrison (Christian Bourgois)

On ne présente plus l’une des plus grandes romancières américaines qui, à 87 ans, témoigne toujours d’une inspiration renouvelée. En 2016, elle donnait six conférences à Harvard autour de "la littérature de l’appartenance", dont les discours sont réunis dans ce recueil indispensable. Toni Morrison remonte aux origines du racisme et de l’esclavagisme pour les interroger à la lumière de la culture et de la société actuelles. "La race est la classification d'une espèce et nous sommes la race humainepoint final, dit-elle entre autres punchlines. Alors quelle est cette autre chose : l'hostilité, le racisme social, la fabrication de l'Autre ?" Un essai bref et intense.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus