Trop de prix pour Billie ? Trop de prix pour Billie ?

Musique 

Grammy Awards 2020 : trop de prix pour Billie ? par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 28 Janvier 2020

Première chanson à 4 ans, premier EP à 16, premier Grammy à 18. Tant de précocité et de réussite artistique suscite à la fois admiration et inquiétude. Face à tant de pression, Billie Eilish ne risque-t-elle pas de péter les plombs ?

"On a commencé à faire de la musique dans notre chambre et voilà où ça nous mène !", s’est réjoui Finneas O’Connell en recevant un Grammy pour Bad Guy, titre écrit avec sa sœur, la chanteuse Billie Eilish, qui semblait aussi estomaquée que lui par ce qu’il leur arrivait ce soir-là : "je n’aurai jamais pu imaginer une chose pareille !" 

Mettons-nous à leur place : il y a de quoi être estourbi, en effet. Et peut-être que, sans jouer les bonnets de nuit, peut-on imaginer qu’un ou deux prix (meilleur titre et meilleure révélation) auraient suffi au bonheur des deux jeunes artistes. Mais cinq prix ? Cette profusion de récompenses lors de la dernière cérémonie des Grammy Awards soulignait deux faits. L’absence de nouvelles têtes parmi les concurrentes de Billy (Lady Gaga, Lana Del Rey, Ariana Grande… bref toujours les mêmes). Et cette manie qu’ont les Américains de monter en épingle des artistes très jeunes tels Michael Jackson, Britney Spears ou Justin Bieber, avec les effets psychologiques dramatiques que cela peut engendrer par la suite.

"Avoir du succès jeune, c'est une chose, nous avait dit le réalisateur Guillaume Nicloux, lors du dernier Les Arcs Films Festival à propos des jeunes acteurs césarisés ou oscarisés. Obtenir des recompenses jeune, c'en est une autre. On ne devrait jamais nominer des artistes trop jeunes. Les récompenses doivent s'obstenir au fil d'une carrière, jamais au tout commencement.  C'est extrêmement perturbant." Cette remarque vaut aussi pour les jeunes chanteurs et chanteuses. Billie avait confié récemment dans la presse qu’elle avait souffert adolescente du syndrome de la Tourette et de dépression. On imagine la chanteuse le soir de la remise de prix, de retour dans sa chambre, macérer de sombres pensées : "Que peut-il m’arriver de mieux désormais que de recevoir cinq grammies ?"

Pas grand-chose, sinon viser un premier rôle dans un film et décrocher un oscar, ou alors animer le spectacle de la mi-temps du Super Bowl. Notre suggestion : qu’elle prenne quelques mois de repos bien mérités et parte en randonnée avec sac-à-dos et sandwichs (vegan, bien entendu).

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires