Suzane, Aly Bass et Ayo : ces chanteuses qui nous rendent accro Suzane, Aly Bass et Ayo : ces chanteuses qui nous rendent accro

Musique 

Suzane, Aly Bass et Ayo : ces chanteuses qui nous rendent accro par Sophie Rosemont

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 27 Janvier 2020

De la pop, du rap ou du folk : trois salles et trois ambiances pour dynamiser ce mois de février frileux.

Ayo
A 39 ans, la chanteuse germano-nigériane a posé ses valises dans le New Jersey. Et, après de longues saisons de réflexion, revient avec un nouvel album d’une fraîcheur déconcertante. Son folk reste poétique, fluide, cristallin, traversé de soul ou de reggae, et, sans être trop léger, a le don de nous détendre en l’espace de deux minutes ! Dans Royal, Ayo aborde beaucoup de thèmes qui, même sans nous concerner, nous parlent. L’indépendance, la maternité, la foi, l’immigration, l’amitié, le couple… Outre sa voix d’or, plus affirmée qu’auparavant, le fait de savoir davantage ce qu’elle veut (ou pas) fait de Royal l’un de ses disques les plus aboutis.
Ayo, Royal, 3e Bureau/Wagram

Suzane
Elle n’a pas encore 30 ans, vient d’Avignon, et s’appelle, pour l’état civil, Océane Colom. C’est son titre cash et féministe "SLT", écrit quand elle était serveuse (sans oser croire à une potentielle carrière artistique), qui l’a fait connaître. Son atout ? Une pop groovy, très écrite et très synthétique à la fois, qui lui vaut d’être nominée aux Victoires de la musique dans la catégorie "révélation scène". Guère étonnant lorsqu’on l’a déjà vue en concert, où elle témoigne de son long apprentissage de danse classique. Suzane aime Edith Piaf et Jacques Brel mais aussi Daft Punk : un mix d’influences qui déteint plutôt bien sur les chansons de son premier album, Toï Toï.
Suzane, Toï Toï, 3e Bureau / Wagram

Aly Bass
Après un premier EP, Appel manqué, qu’on ne pouvait guère rater (malgré son nom  !) tant la langue de bois y était étrangère, la rappeuse belge sort un premier album très attendu, Desperado. Zéro langue de bois donc. Depuis deux ans, Aly a choisi le hip hop pour exprimer ses batailles, ses moments difficiles, son envie d’affirmer son talent sans piston, sans argent et au sein d’un milieu volontiers machiste. Son indépendance et son mental en acier devraient la mener très loin… et Desperado est une première étape aux échos aussi urbains qu’ensoleillés. Aly pour la vie ? On est pour !
Aly Bass, Desperado, Arista/Sony Music

Sophie Rosemont

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires