Regarder l’Eurovision rendrait plus heureux Regarder l’Eurovision rendrait plus heureux

Musique 

Regarder l’Eurovision rendrait plus heureux par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Chaque année à la même époque, c’est la même chanson : vous regardez la finale de l’Eurovision de A à Z, et vous n’échappez pas aux moqueries de vos collègues. Qu’importe, la science vient de prouver que vous êtes bien plus heureux qu’eux.

Les personnes qui regardent l’Eurovision sont plus comblées que celles qui s’obstinent à croire que c’est une compétition kitsch et ringarde (c’est peut-être pour ça qu’on est un peu déprimés nous en ce moment…). Et c’est scientifiquement prouvé ! Des chercheurs de l’Imperial College de Londres se sont en effet penchés sur la question. Grâce à des données collectés par la Commission Européenne entre 2009 et 2015 dans 33 pays, ils se sont rendus compte que les habitants des pays participant à la grande finale de l’Eurovision avaient 13% de chance de plus que les autres d’être satisfaits de leur vie. Et lorsque les spectateurs sont issus d’un pays ayant gagné au moins dix places dans le classement par rapport à l’année précédente, leur taux de ravissement augmente de 4%. En revanche, le fait de gagner ou non le concours n’a aucune importance, et se ratatiner tous les ans ne rend pas plus malheureux. Bonne nouvelle pour les Français qui n’ont pas gagné l’Eurovision depuis 1977… 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.