Musique : Les plus beaux (et les pires) baisers de la pop music Musique : Les plus beaux ( et aussi les pires) clips où l’on s’embrasse

Musique 

Les plus beaux (et les pires) baisers de la pop music par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

6 minutes

Publié le Mercredi 1 Avril 2020

Petits bisous, gros poutous ou franches léchouilles…. voici un petit inventaire des clips, ou moments musicaux, où le baiser tient une bonne place (et ne nous laisse pas de glace).

Le plus chaud : "You are my high” de Jérémie Mondon aka Demon (2000)
"Mais on ne va quand même pas censurer un clip où des gens s’embrassent ! " se serait écrié quelqu’un du CSA ( Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) en visionnant You Are my High à sa sortie. Et pourtant, c’est bien ce que YouTube a fait puisqu’il est impossible d’y trouver cette vidéo. En regardant ces images vingt ans plus tard, on peut comprendre ce qui a mis certains en émoi : ce jeu de langues pendant 2 minutes 26 secondes, entre un garçon et une fille, est quasi pornographique. Mais il est aussi magnifique. Le réalisateur Fabien Dufils avait utilisé des filtres spéciaux pour lisser la peau des deux acteurs, Draghixa, 26 ans et Hakim, 18 ans, la première ayant été, paraît-il, beaucoup plus à l’aise que le second durant l’exercice qui a nécessité sept prises. Et pas question de laisser échapper le moindre filet de bave… un exploit buccal, donc !

 

Le plus bubble gum : "Me and Youde Flume pour Disclosure
Ah, ce Me and You qu’une pub pour Lacoste a rendu célèbre avec l’acteur Paul Hamy en mannequin vedette ! Pour accompagner ce titre, le duo Disclosure, composé des frères Howard et Guy Lawrence, a fait appel au jeune Flume (21 ans à l’époque), Dj et producteur australien qui a rendu un hommage ostentatoire au titre You Are my High. en reprenant le même concept : un garçon et une fille filmés de profil et s’embrassant non-stop. Mais à quelques détails près : le fond est rose, les langues sont moins visibles, le visage des deux comédiens l’est plus. Cela donne à l’ensemble un côté "ados mignons" beaucoup moins torride que dans le clip de Demon, mais aussi plus présentable au grand public.

 

 

Le plus lourdingue :  "Big Bisous" de Carlos (1978)
Durant les années 1970, les comportements libidineux se cachaient volontiers sous une apparente joie de vivre (allez hop, on se décoince !) La preuve avec cette chanson écrite par le chanteur Joe Dassin (plutôt classe d’habitude) pour son copain Carlos (jamais classe quoiqu’il fasse).  Et qui a fait le bonheur de toute une génération de nouveaux mariés et de leurs invités avinés. Dans cette chanson, le chanteur passe en revue toutes les parties du corps que l’on peut embrasser, omettant sciemment les parties intimes (alors que le cunnilingus et la fellation sont sans nulle doute le but de la manœuvre). Le clip est au diapason : tout le monde se tortille à l’unisson et l’une des danseuses, celle habillée en turquoise, n’est autre que la journaliste Marie Drucker, étudiante écervelée à l’époque.

 

Le plus autocentré : "Sober" de Pink ( 2009)
Alors qu’elle avait organisé une fête chez elle, et que tout le monde était bourré sauf elle, la chanteuse, prise d’une grande envie de virer tout le monde, s’était réfugiée sur une plage à côté de chez elle avec, en tête, cette phrase "How Do I Feel so Good Sober ?" ("comment se fait-il que je me sente si bien sans boire une goutte d’alcool ?"). Et voilà comment est né ce titre tiré de son cinquième album Fun House et accompagné d’un clip pas très fun en revanche et plutôt glauque, où cohabitent deux Pink, l’une totalement à la ramasse, imbibée jusqu'à l’os, et l’autre rutilante et en bonne santé. Très mal habillées dans un style gothique-burlesque-à-dentelles en vogue à l'époque, toutes deux finissent par se chevaucher et se rouler des pelles. Ce qui a nécessité quelques effets spéciaux. Car on vous le rappelle, il n’y a qu’une Pink et non pas deux.

 

Le plus love gang : "Desire" de Years and years ft. Tove Lo ( 2014)
Dans ce clip, tout le monde s’embrasse. Ou plutôt Olly Alexander embrasse tout le monde, filles ou garçons. Avec une préférence nette pour les garçons car cela fait quelques mois maintenant que ce jeune Olly a exprimé publiquement ses préférences au lit.  Ce "desire" ne brille pas par son originalité à part ses scènes orgiaques de la fin qui, comparées avec celles orchestrées par le groupe Franky goes to Hollywood dans son clip Relax en 1983, font quand même atelier-expression-corporelle-au-lycée. Difficile de faire mieux. Ah, quand même, un détail qui fait tache dans ce clip trop bien léché: un petit filet de bave échangé un bref moment entre une fille et un garçon. Mais que faisait donc la make-up artist ?

Le baiser le plus marketté :  "Like a virgin + Hollywood " de Madonna, Britney Spears et Christina Aguilera (2003)
The best performance ever ! C'est généralement le commentaire qui accompagne cet extrait des Video MTV Music AwardsMadonna se révèle maîtresse femme absolue avec, à sa botte SM, les petiotes Britney (qui chante faux) et Christina (qui chante juste). Le plus drôle, c'est la tête des célèbres convives dans la salle ce soir-là devant la pelle à trois. De Eminem à Justin Timberlake, en passant Beyonce, tout le monde a l'air de se demander "Comment vais-je pouvoir faire pire ?" Madonna a refait le coup avec Drake à Coachella en 2015.  Et l'on se pose légitimement la question :  quelles pelles de stars nous feraient sursauter de nos jours ? Ah celles échangées entre Booba et Kaaris, voilà qui mettrait un terme, en beauté, à notre confinement, par exemple...

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires