Musique : le chanteur et saxophoniste Manu Dibango, le roi du makossa, est mort Musique : le chanteur et saxophoniste Manu Dibango, le roi du makossa, est mort

Musique 

Musique : le chanteur et saxophoniste Manu Dibango, le roi du makossa, est mort

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 25 Mars 2020

Le chanteur, compositeur et saxophoniste camerounais Manu Dibango, aussi surnommé "Papy Groove", est décédé ce mardi 24 mars des suites du Covid-19, à l’âge de 86 ans. Mais son tube "Soul Makossa" restera gravé dans nos cœurs.

Avec ses 60 ans de carrière, Manu Dibango, colosse à l'énergie inépuisable et à la légendaire gentillesse, fils d'un sévère fonctionnaire camerounais qui l'envoya en France à 15 ans pour suivre des études d'ingénieur, aura finalement marqué plusieurs générations de musiciens et de mélomanes avec ses morceaux libres, riches et sans frontières, mêlant avec génie et générosité musiques africaines et occidentales, traditions et avant-garde. Mais c'est surtout avec "Soul Makossa", célèbre morceau au groove imparable, qu'il conquit, dans les années 70, les danseurs de toute la planète.

La légende raconte que Manu Dibango, artiste déjà reconnu dans son pays, composa en 1972, alors qu'il approchait de la quarantaine, un hymne pour encourager l'équipe camerounaise de football à l'occasion de la 8e édition de la Coupe d'Afrique des Nations. N'ayant prévu aucun morceau pour la face B, il enregistra un titre s'inspirant du makossa, un des rythmes constitutifs de la musique populaire camerounaise, mais en lui offrant des arrangements jazz et soul. Après la défaite du Cameroun contre le Congo, les supporters, à qui le disque avait été distribué gratuitement, le brisèrent en signe de protestation. Manu Dibango, vexé mais pas rancunier, enregistra un album quelques semaines plus tard à Paris dans lequel il inséra "Soul Makossa". Le single se vendit à 50000 exemplaires en France et le disque voyagea dans la valise de fans afro-américains repartis aux Etats-unis.

 

La même année, le DJ David Mancuso, grand passeur de disco et de musique électronique, en trouve une copie chez un disquaire de Brooklyn et en fait un titre phare de sa célèbre discothèque, le Loft. Le public adore, achète les derniers exemplaires disponibles. Parmi eux, Frankie Crocker, programmateur et DJ star de WBLS, station de radio new-yorkaise spécialisée en musiques noires, qui la diffusera très largement sur ses ondes.

En 1973, le label Atlantic Records propose un contrat à Manu Dibango et l'invite à faire une tournée aux States. La même année, "Soul Makossa" atteindra la 35e place au Billboard Hot 100.

Dix ans plus tard, le morceau sera "emprunté" et samplé, sans autorisation préalable, par Mickaël Jackson et Quincy Jones, son producteur, pour le morceau "Wanna Be Starting Something" (dans l'album Thriller). Manu Dibango décide alors d'attaquer Jackson en justice mais un accord amiable sera finalement trouvé. Le même problème se présentera avec Rihanna, qui utilise, dans "Don't stop the music" (2002), un sample de "Wanna Be Starting Something"… et donc de "Soul Makossa". Mais là encore, le conflit se soldera par un arrangement financier.

Même s'il a déploré ces "emprunts", ce pape de l'afro-jazz, qui se définissait comme "bâtisseur de ponts entre l'Occident et l'Afrique", a également reconnu que ces revers de fortune étaient souvent le lot des passeurs. Et un passeur, Manu Dibango l'était, arpentant inlassablement le monde pour jouer et collaborer avec des artistes aussi variés que Herbie Hancock, Youssou N'dour, Angelique Kidjo, Nino Ferrer, Serge Gainsbourg, Salif Keïta, Papa Wemba ou encore Peter Gabriel. Sa liberté et son talent manqueront à la sono mondiale. Et à nous aussi.

Anne Pauly

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires