L'interview insomniaque de Roméo Elvis L'interview insomniaque de Roméo Elvis

Musique 

L'interview insomniaque de Roméo Elvis par Céline Puertas

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 27 Septembre 2019

Alors que son premier album, "Chocolat", est sorti en avril, et que Roméo Elvis a tourné sans relâche tout l'été, on a causé nuits courtes avec cette bête de scène aux idées longues.

Après avoir fait viber les plus grands festivals de France tout l'été, Roméo Elvis s'apprête à repartir sur les routes pour une tournée de Zéniths en novembre. Mais le rappeur belge ne doit pas ses performances scéniques à des nuits de douze heures. Jugez plutôt.

Aimeriez-vous posséder le don de ne plus avoir besoin de dormir ?

Oui, ça n’est pas un truc qui me fait plaisir, je pourrais très bien vivre sans sommeil. En réalité, cinq ou six heures me suffisent. Manger ne m’intéresse pas trop non plus. C’est mon corps qui me rappelle que je dois m’alimenter.

La nuit vous inspire-t-elle ? 

Depuis tout petit, j’ai toujours œuvré le soir. Je lisais des BD, je dessinais… L’internat ensuite n’a rien arrangé. Faire le mur était une institution dans l’école où j’étais. Je sortais pour aller faire la teuf, des open mics, mais aussi
de la photo ou du graffiti, en vandale, à 3 heures du mat’. C’est de cette période que je m’inspire pour écrire beaucoup de mes textes.

La conception de cet album vous a-t-elle empêché de dormir ? 

J’ai été angoissé par la création de cet album, mais c’est l’attente avant la sortie qui m’a empêché de dormir. Quand je compose, j’ai ma petite routine. Je mange et je regarde le JT, puis je travaille toute la nuit dans
mon salon, à Bruxelles. Vers 4 heures, je vais au lit. Mais depuis peu, j’essaie d’améliorer mon hygiène de vie et de me coucher plus tôt.

Justement, vous enchaînez les concerts à un rythme intense. Quels sont vos trucs pour tenir le coup ? 

Je cours et je travaille en salle avec un coach. J’avais envie de me développer depuis longtemps, je suis très grand et maigre, c’est un complexe d’ado. Sinon, quand ma voix me lâche avant de monter sur scène, je bois du thé avec du thym, du miel et du gingembre.


Un cauchemar qui vous réveille ? 

Je fais tout le temps le même : une voiture qui fonce sur l’autoroute et devient incontrôlable. Ensuite, je me prends un mur à toute vitesse. Passer mon permis me fait flipper, je bouge plutôt à vélo.

Une astuce pour réussir à vous lever tôt ? 

Je laisse mes rideaux ouverts, je place mon réveil le plus loin possible de moi et je bois énormément avant de me coucher pour être réveillé par mon envie de pisser. Avec tout ça, généralement, j’arrive à sortir du lit.

Et avez-vous un rituel pour trouver le sommeil ? 

Je souffre d’acouphènes toute la journée (sifflements dans les oreilles, ndlr), c’est très violent, et si je ne fume pas de joint, impossible de m’endormir. Le soir, avec l’accumulation de fatigue, c’est encore pire. C’est mon médicament, j’en ai parlé avec mes médecins, ils m’ont dit : "Allez-y si ça vous fait du bien !" Ça me donne une bonne raison de continuer !

Chocolat, de Roméo Elvis (Universal), Infos sur Facebook.com/elvisromeobxl. En concert le 2 novembre au Zénith d'Amiens, le 6 à Rockhal, le 10 à Lille, le 13 à Lyon....

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires