Hyper :  le premier album d'Hervé va bien vous secouer Hyper :  le premier album d'Hervé va bien vous secouer

Musique 

"Hyper" : le premier album d'Hervé va bien vous secouer par Céline Puertas

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Jeudi 18 Juin 2020

Avec sa dégaine de Mike Skinner made in France et sa passion pour la chanson française et le dance floor, Hervé ne passe pas inaperçu. Son premier album, "Hyper" vient de sortir. Voici pourquoi vous devriez y jeter une oreille.

Crâne rasé et Stan Smith aux pieds, Hervé ne chante pas vraiment. Il murmure, ou alors il feule. Un truc mi enfantin mi animal qui pourrait être agaçant. On se dit à la première écoute : "Mais chante enfin ! Ouvre tes poumons un bon coup !" Avant de tomber sous le charme. Sa voix réservée, comme s'il ne voulait pas déranger, donne l'impression à l'auditeur que c'est à lui qu'il s'adresse et à lui seul, en causant tout doux au creux de son cou.

En plus, il a des choses à dire. Fan de Bashung et d'autres plumes de la chanson française, ce garçon de 27 ans déroule des paroles simples, mais pleines de poésie. C'est saccadé, un peu torturé, et parfois tristounet, mais aussi très beau, et surtout entêtant. Tout ça à la fois. C'est simple, le premier album d'Hervé, Hyper, est une enfilade de tubes teintés de new wave. "Trésor", "Cœur poids plume", "Si bien du mal", "Addenda"... compliqué de faire un choix.

C'est tout ? Non. En live, Hervé, hyper solaire, est mémorable. Silhouette nerveuse cambrée sur son clavier, il bouge tellement qu'on se demande même comment il arrive à chanter (juste) et à tenir sur la durée. Son passé de footballeur y est sûrement pour quelque chose. Physique et romantique, on ne s'en lasse pas de ce type là.
Hervé, Hyper, sortie le 19 juin (Initial). En concert le 21 septembre à la Maroquinerie (complet) et le 19 janvier à La Cigale.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires