Eurovision : pourquoi ce n’est plus un concours ringard Eurovision : pourquoi ce n’est plus un concours ringard

Musique 

Eurovision : comment le concours est-il redevenu cool par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 15 Mai 2019

A quelques jours de la grande finale de la 64ème édition de l’Eurovision, qui sera diffusée le 18 mai 2019 sur France 2, le concours n’a jamais été autant médiatisé. Et pour cause : représentation de la communauté LGBTQI+, inclusivité... Il est définitivement passé de show ringard à superproduction suivie par des millions de téléspectateurs.

#1 La France est représentée par Bilal Hassani
Queer, engagé, moderne, talentueux… Bilal Hassani a bien des qualités. Ça tombe bien, c’est lui qui représentera la France lors de cette 64ème édition de l’Eurovision. Grâce à un message fort et positif, le YouTubeur et chanteur de 19 ans suscite un engouement digne des plus grandes stars internationales. Et figure même au classement des favoris du concours. Succèdera-t-il pour autant à Marie Myriam, dernière Française à avoir remporter le concours (en 1977…) ? Réponse le 18 mai 2019 sur France 2.  

#2 Un concours toujours plus inclusif
Depuis plus de vingt ans, l’Eurovision s’inscrit dans une démarche inclusive assez inédite à la télé. Déjà en 1998, la chanteuse trans Dana International avait remporté le concours grâce à sa chanson "Diva". Quelques années plus tard, en 2014, Conchita Wurst avait ému tout le monde en remportant le concours haut la main. Une démarche militante étudiée par quelques sociologues. Dans un article publié en 2007 dans la revue spécialisée en queer studies, SQS Journal, un auteur et professeur irlandais, Brian Singleton, constatait d’ailleurs que "si tous les fans n’étaient pas issus de la communauté gay, les homosexuels en représentaient cependant la majorité" car "le glamour, le spectacle, sont des choses dans lesquelles les gays s’investissent pour échapper aux normes de la masculinité".

#3 Les stars internationales se bousculent pour y participer
Cette année plus que jamais, les stars internationales se pressent pour participer à l’Eurovision. Conchita Wurst, grand gagnant de l’édition 2014, fera ainsi une apparition sur scène, tout comme Gal Gadot qui, à défaut de chanter, viendra prononcer un discours dont le thème reste aujourd'hui secret. Plus impressionnant encore, Madonna viendra assurer l’entracte. Elle interprètera deux titres dont "Medelin", extrait de son nouvel album, Madame X.

#4 Une édition présidée, entre autres, par Netta Barzilai
Netta Barzilai
est la grande gagnante de l’édition précédente de l’Eurovision. Avec son entêtant titre féministe "Toy", la candidate d’Israël avait alors réussi à conquérir une grande partie du public. Connue pour ses engagements féministes et LGBTQI+, elle véhicule un message de tolérance fort, qui colle d’ailleurs parfaitement avec celui de Bilal Hassani

#5 Une véritable machine à mèmes
Tous les ans, l’Eurovision nous offre des moments d’anthologie. Certains restent même gravés dans les mémoires, tellement qu’ils finissent par s’inscrire dans la pop culture. Et par devenir des mèmes réutilisables à l'envie. C’est le cas du Epic Sax Guy et de son déhanché mémorable, ou encore de Slavko, représentant du Monténégro en 2017, et de sa tresse XXL. On espère d’ailleurs que cette 64ème édition nous offrira encore de beaux instants de télévision.


Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires