Big Festival 2016 : la "Big Interview" de Feu ! Chatterton

Musique 

Big Festival 2016 : la "Big Interview" de Feu ! Chatterton

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 22 Juillet 2016

Le quintet parisien Feu ! Chatterton était de passage à Biarritz pour le Big Festival. Interview un poil dissipée, face à la plage de la Côte des Basques.

Glamour : Votre plus grosse peur ?

Clément (guitare) : Me vautrer sur scène en me faisant vraiment mal, et être dans l'incapacité de me relever.
Arthur (chant) : Moi c'est la page blanche (rires des autres membres du groupe.) Ben oui les gars, j'ai un business à faire tourner moi ! Alors oui parfois j'ai peur de ne plus avoir d'inspiration.
En choeur : Mais sinon on n'a peur de rien.

Votre plus grand souvenir ?

Arthur : Le festival de Fourvières. Il s'y est vraiment passé quelque chose de spécial.
Raphaël (batterie) : On était trois groupes à jouer et il avait plu toute la soirée. Au moment où on commence le concert, en plein air dans les Arènes Antiques, la pluie s'arrête. On joue “Côte Concorde“ et Arthur chante les paroles “l'eau est entrée“, et la seconde d'après, il se remet à pleuvoir de plus belle. L'orage est revenu seulement pour les 4 minutes de cette chanson. Là, on s'est dit qu'on était touchés par la grâce divine.

Votre plus grosse erreur ?

En choeur : Rien à déclarer, sauf pour Antoine (basse), il a un peu trop fait la fête hier soir. (Derrière ses lunettes de soleil, l'intéressé qui tente de dissimuler sa gueule de bois ne bronche pas NDLR.)

Crédit : Ash Kelleher

Votre plus grosse honte ?

Sébastien (guitare et claviers) : Une fois j'ai eu un énorme black out sur scène, tout le monde était à fond mais d'un coup je ne savais plus ce qu'il fallait jouer...
Arthur : Je me souviens encore de l'expression sur son visage, on aurait dit un enfant de 8 ans qui a fait une bêtise. Ah, et sinon Antoine a fait un selfie avec Lana Del Rey.

Votre plus grand rêve ?

Sébastien : Jouer à Coachella ! Ou au Japon.
Clément : Faire un duo avec James Murphy de LCD Soundsystem.
Arthur : Mon rêve c'est de danser comme James Brown. Ou de rencontrer David Bowie. Mais c’est un peu trop tard, du coup...

Votre plus grand voyage ?

Clément : Quand on est partis à la Réunion pour jouer au Festival Sakifo, c’était la première fois qu'on partait aussi loin avec le groupe.
Arthur : On a enregistré notre album en Suède aussi. On y a passé un mois. C'était un voyage dans les profondeurs de nous-même.

Votre plus grande fête ?

Arthur : Le Festival de Cannes cette année. On a un bon copain, Grégoire Leprince-Ringuet, qui y présentait son premier long métrage en tant que réalisateur, La Forêt de Quinconces. Il était en sélection officielle. Clément a composé la musique. Et moi j’avais un petit rôle dedans. On a joué pour la fête de son film à la plage Magnum, et on a aussi monté les marches, en smoking s'il vous plait. Mais aucun photographe n'a daigné nous prendre en photo !
Sébastien : C'est très gênant, tu attends dans une voiture pendant une heure, tu t'es mis sur ton 31, tu penses que ça va être un moment hyper important, et puis au moment où tu passes sur le tapis rouge personne ne réagit (rires).

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus