AMY GLAM

Adieu Amy Winehouse

Adieu Amy Winehouse

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 22 Juillet 2011

La chanteuse britannique Amy Winehouse a été retrouvée morte à son domicile de Londres samedi 23 juillet. Elle avait 27 ans.

On se souviendra d'Amy Winehouse comme d'une rock star, la dernière de la lignée inaugurée avec Jim Morrison et Jimi Hendrix, poursuivie par Janis Joplin et menant jusque vers Sid Vicious et Kurt Cobain. C'est d'ailleurs surtout à ce dernier qu'Amy nous fera désormais toujours penser : on la sait, au fond, partie pour les mêmes raisons que lui. Star trop tôt, et incapable de gérer le système de la gloire - et les passages en boucle de ses morceaux phares, dans toutes les grandes surfaces du monde, à commencer par celle en bas de chez elle. De chanteuse qui se serait voulue artiste ska, elle aurait pu être une interprète du calibre d'une Billie Holiday, d'une Nina Simone (cette voix !) et aura surtout été adoubée people - pour ses frasques, la drogue, tout ce qui était autour de sa musique. Et sa musique ? Et bien, c'est elle qui restera et fera que l'on continuera à l'aimer : une musique faite de souvenirs de jazz, de ska, mais résolument moderne, électronique et doucement crade, portée par son souffle. Aujourd'hui, son souffle n'est plus, mais son écho demeure. Gageons qu'elle sera comme Kurt Cobain, l'idole de gamins de 15 ans (et de leurs parents), à jamais.

A lire également:

Les looks d'Amy Winehouse

Amy Winehouse hospitalisée et caricaturée


Amy Winehouse façon BD

Joseph Ghosn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus