"XY Chelsea" :  un doc haletant sur une héroïne transgenre "XY Chelsea" :  un doc haletant sur une héroïne transgenre

Cinéma

"XY Chelsea" : un doc haletant sur une héroïne transgenre par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 30 Octobre 2019

Vous souvenez-vous de Chelsea Manning, le soldat américain transgenre accusé de trahison et envoyé en prison ? A vrai dire, on avait nous aussi un peu perdu le fil de cette affaire complexe qui avait mis en fureur le gouvernement américain. Et ce doc passionnant nous aide à y voir plus clair.

Qu’on ne compte pas sur elle pour se lamenter sur son sort ! Tout au début du documentaire, quand elle sort de prison au bout de sept ans, Chelsea ne fond en larmes ni ne saute de joie contrairement à ses amis qui l’accueillent les bras ouverts. Et cette sortie de l’enfer carcéral dégage la puissance dramatique d’une série américaine. D’ailleurs, Chelsea Manning a des points communs avec la Carrie Mathison de Homeland :  même blondeur diaphane, même regard clair qui passe du dur au fragile l’espace d’un battement de cil. Et même questionnement déchirant face à la violence d’un secret d’état : lorsqu’on occupe une fonction importante dans l’armée, doit-on rester fidèle coûte que coûte à ses employeurs ?  Ou révéler la vérité, quitte à les trahir ? A l’époque où elle était analyste dans l’armée américaine en Irak, Chelsea, qui s’appelait alors Bradley, n’a pas hésité. Via Wikileaks, elle a divulgué des milliers de documents compromettants pour l’armée américaine. Une fuite spectaculaire qui, selon ses accusateurs, aurait pu mettre en danger la sécurité nationale. Faux, démontre le documentaire de Tim Travers Hawkins. Et Chelsea elle-même de le dire : "Je n’ai délivré aucune source, aucune donnée, aucune méthode. J’ai seulement révélé que des gens ont souffert et ont été tué injustement" Et on voit justement quelques-unes de ces preuves à l’écran, comme ces images impressionnantes de deux hommes qui tentent de ramasser le corps d’un ami abattu dans la rue par les américains et qui se font abattre à leur tour à bout portant alors qu’ils sont désarmés. Un véritable jeu de massacre.

Pour aggraver son cas, Chelsea a décidé, lors de son procès en cour martiale en 2010, de révéler qu’elle amorçait une transition pour devenir une femme. Une journaliste lui demande dans le doc : "Cette transition vous a-t-elle pousser à faire ses révélations ?" (sous-entendu : le fait de devenir femme vous a-t-il rendu plus fragile, plus émotive ?) Là-dessus Chelsea est formelle "En tant qu’homme ou en tant que femme, j’aurai réagi exactement de la même façon. Ma transition n’a rien à voir avec ça."  Pour Chelsea, le prix de ces révélations a été cher à payer : 35 ans de prison, ce fut la peine prononcée. Mais au lieu d’attendre 2043, Chelsea a été libérée en 2017 grâce à l’intervention de Barack Obama. Le doc nous raconte donc le retour de Chelsea à la vie Normale. Ou plutôt sa tentative désespérée de revenir à cette vie normale. Mais comment est-ce possible, après la prison, l’isolement, la transition et toute cette médiatisation ? "J’aimerais tant oublier tout ce qui m’est arrivé. » dit celle qui aujourd’hui milite pour les droits de l’homme. Malgré la grâce d’Obama, le gouvernement américain, lui, n’a pas oublié. Cette année Chelsea a été de nouveau envoyée quelques mois en prison pour avoir refusé de témoigner contre Wikileaks. L’affaire Chelsea Manning est donc loin d’être terminée….

XY Chelsea de Tim Travers Hawkins, en salle

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires