The Shallow  - Instinct de survie : trois bonnes raisons d’applaudir Blake Lively

3 bonnes raisons d’applaudir Blake Lively

"The Shallows - Instinct de survie" : 3 bonnes raisons d’applaudir Blake Lively

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 19 Août 2016

Dans le bien nommé "Instinct de survie", l’actrice américaine incarne une ravissante surfeuse agressée par un requin blanc sanguinaire. Un rôle taillé sur mesure pour la comédienne dont l’impeccable plastique n’est pas le seul atout dans l’existence. Voici trois bonnes raisons de s’intéresser à son cas.

1. Blake Lively a un corps, mais pas que

Nancy aime le soleil, la mer et sa planche de surf. Aimait, en tout cas… Un jour qu’elle s’adonne à son occupation favorite sur une plage baignée de soleil, l’héroïne est sauvagement attaquée par un requin blanc assoiffé de sang. Réfugiée sur un rocher, Nancy va devoir se creuser les méninges et bander ses muscles pour rejoindre la terre ferme en évitant la mâchoire du squale qui ne rêve que d’une chose : avaler tout cru la surfeuse bronzée. Sea, sex and sun… version gore. Dans Instinct de survie, la « canonissime » Blake Lively a beau arborer un maillot de bain ultra sexy rendant grâce à son impeccable plastique (seulement 8 mois après avoir accouché), l’épicurisme n’est pas de mise puisque la belle doit férocement lutter pour regagner une plage synonyme de survie. Bonne surprise : si le film, entièrement construit autour de la performance (et du corps) de la comédienne, ne fait jamais oublier ses modèles (en premier lieu : l’inusable Les dents de la mer), Blake Lively incarne son personnage aux abois avec une conviction et un talent qui démontrent que ses mensurations ne sont pas ses seuls atouts dans le grand bain d’Hollywood.

2. Blake Lively fait les bons choix

Alors qu’elle s’apprête à fêter ses 29 ans (le 25 août), Blake Lively a déjà une longue carrière derrière elle. Elevée dans une famille qui ne jure que par le jeu et le cinéma (son père est acteur, sa mère est agent), l’actrice a su faire parler d’elle depuis une décennie, généralement en bien. Parmi ses principaux titres de gloire : un triomphe dans une comédie générationnelle (Quatre filles et un jean), des rôles remarqués dans des films ambitieux (Les vies privées de Pippa Lee, The Town) et, surtout, les six saisons de la série Gossip Girl, où, dans la jolie peau de Serena Van Der Woodsen, elle brille de mille feux. Contrairement à nombre de ses contemporaines, Blake Lively n’incarne pas n’importe quel rôle dans n’importe quel blockbuster et évite les partitions qui ne misent que sur le physique des comédiennes. Une bonne idée.

3. Blake Lively a un présent et un avenir

Les grands cinéastes lui font les yeux très doux et ils ont bien raison. Ces dernières années, l’actrice a notamment fait parler d’elle en jouant sous la direction d’Oliver Stone dans Savages et de Woody Allen dans Café Society, dernier film où elle tenait la dragée très haute à Jesse Eisenberg et Kristen Stewart. L’infatigable Woody a su mettre en scène Blake Lively en n’éclairant pas seulement sa silhouette de bombe, mais en s’attardant aussi sur la mélancolie qui imprègne parfois son regard et ses attitudes. Un riche filon qu’exploiteront de nombreux cinéastes dans les années à venir. A commencer par Marc Forster, qui la dirigera très bientôt dans All I See Is You, l’histoire d’une femme aveugle qui retrouve peu à peu la vue. Un film à voir, évidemment. 

"Instinct de survie", de Jaume Collet-Serra, avec Blake Lively, Angelo Lozano Corzo, Jose Manuel Trujillo… En salles. 

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus