«The Guilty » VS « Fleuve Noir » : la guerre des polars «The Guilty » VS « Fleuve Noir » : la guerre des polars

Cinéma

"The Guilty" VS "Fleuve Noir" : la guerre des polars par Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Vendredi 13 Juillet 2018

A ma gauche un polar danois signé et interprété par des inconnus. A droite un polar français réalisé par Erick Zonca et incarné par deux mâles charismatiques : Vincent Cassel et Romain Duris. Résultat ? Victoire danoise haut la main. #sorrynotsorry

L’été, il arrive parfois qu’un "petit" film sorti de nulle part s’impose comme une révélation et casse la baraque au box office. L’an passé, Le Caire Confidentiel, de l’Egyptien Tarik Saleh a connu cet heureux destin (au festival du film policier de Beaune, et aussi dans les salles) et on prie pour qu’il en soit de même cette saison avec The Guilty, le premier film à peu près génial du réalisateur danois Gustav Möller.

Dans cette fiction sidérante, remarquée à Beaune, le cinéaste met en scène Asger, un flic relégué pour des raisons obscures dans un centre d’appels téléphoniques d’urgence. Un soir, il reçoit l’appel désespéré d’une femme qui prétend avoir été enlevée. A plusieurs kilomètres du drame, avec pour seule arme son téléphone, Asger devra se débrouiller pour que la "victime" échappe au pire… Une heure trente de suspense infernal et de tension maximale : sans jamais quitter le centre d’appels téléphoniques où son héros tente de gérer l’ingérable, Gustav Möller, par la seule force de son scénario (terriblement efficace) et de sa mise en scène (qui exploite à merveille le lieu unique de l’action) signe un film stupéfiant d’invention et de maîtrise, dont on sort essorés et éblouis. Le meilleur polar vu depuis des lustres.

Par un curieux hasard de calendrier, The Guilty, cette semaine, cohabite sur les écrans avec… le pire polar vu depuis des lustres : Fleuve noir. Mis en scène par un Erick Zonca, un cinéaste qui a su séduire par le passé (on lui doit, entre autres, La vie rêvée des anges), le film raconte l’histoire d’un flic alcoolo et dépressif (Vincent Cassel) qui enquête en titubant sur la mystérieuse disparition d’un ado. Au gré de ses aventures avinées, le commissaire à l’haleine fétide et à l’imper flasque croise la maman aux abois de l’ado volatilisé (Sandrine Kiberlain) et un homme étrange qui semble en savoir long sur les dessous ténébreux de l’affaire (Romain Duris)… Avec son scénario qui prend l’eau de toutes parts, ses personnages inconsistants et ses acteurs en roue libre - mention spéciale à Cassel qui cabotine à tout va en cherchant à imiter Patrick Dewaere dans Série Noire - Erick Zonca signe un polar glauque, bancal et surtout grotesque dont on sort groggy et consternés. Noir c’est noir et nul c’est nul. Ne vous trompez surtout pas de salle…

The Guilty, de Gustav Möller, avec Jakob Cedergren, Jessica Dinnage, Omar Shargawi… Sortie le 18 juillet 2018.
Fleuve noir, de Erick Zonca, avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain… Sortie le 18 juillet 2018.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus