Quand le cinéma français honore les soignants Quand le cinéma français honore les soignants

Cinéma

3 films français qui honorent les soignants par Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 17 Avril 2020

Depuis plusieurs années, les (bons) cinéastes de l’Hexagone zooment sur l’hôpital et sur ses souffrances. Retour sur trois films à (re)découvrir avant ou après avoir applaudi le personnel médical à 20 heures.

1. Hippocrate, de Thomas Lilti
Avant de devenir réalisateur, Thomas Lilti a exercé le métier de médecin et il a su s’en souvenir quand il est passé derrière la caméra. Depuis sa révélation en 2014 avec Hippocrate, un film incarné par Vincent Lacoste où il autopsiait avec rage et humour les dysfonctionnements d’un hôpital marqué au fer rouge par l’absence de moyens, le cinéaste creuse obstinément son sillon. Dans Médecin de campagne, en 2016, avec François Cluzet, il radiographiait les réalités des déserts médicaux en province. Et dans Première année, en 2018, il zoomait sur l’absurdité des études en médecine, qu’il décrit comme "une boucherie pédagogique ". La même année, Thomas Lilti, toujours aussi inspiré, signait sa première série pour Canal +, baptisée, tout comme son film de 2014, Hippocrate et campée, entre autres, par l’excellente Louise Bourgoin. Résultat : une fiction passionnante sur notre système de santé mal-en-point. A voir et à revoir.

 

2. L’ordre des médecins, de David Roux
Ses parents et son frère bossent comme médecins et, tout comme Thomas Lilti, il ne l’a pas oublié à l’heure de concocter le scénario de son premier film. Dans L’ordre des médecins, sorti sur les écrans en janvier 2019, le débutant David Roux met en scène un pneumologue, Simon (Jérémie Renier), qui consacre toute sa vie à son métier. Le jour où sa mère, malade d’un cancer, est hospitalisée dans l’établissement où il travaille, le héros voit ses repères vaciller… La crise existentielle d’un fils et le labeur quotidien d’un médecin passionné : dans ce beau premier film, le cinéaste examine avec pudeur les conflits intimes de son héros mal-en-point et les réalités rudes de l’univers hospitalier.

 

3. Voir le jour, de Marion Laine ( photo d'ouverture)
Il faudra attendre pour découvrir ce film sur le grand écran. Initialement prévu pour une sortie le 22 avril, Voir le jour, de Marion Laine, comme tant d’autres fictions a été reporté à une date ultérieure, que l’on espère pas trop lointaine. On a vu ce film en projection de presse avant la fermeture des salles et on ne le regrette pas. Dans cette fiction âpre et sensible, la cinéaste s’intéresse au cas de Jeanne (Sandrine Bonnaire), qui bosse comma aide-soignante dans une grande maternité de Marseille et tente tant mal que bien d’exercer son métier malgré des effectifs insuffisants et des conditions de travail trop précaires. Ce film offensif et réaliste, on l’espère, rencontrera le succès qu’il mérite quand il sortira enfin dans nos cinémas déconfinés.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires