Cinéma : Pourquoi le film ‘Crazy Rich Asians’ va tout changer Cinéma : Pourquoi le film ‘Crazy Rich Asians’ va tout changer

Cinéma

Cinéma : pourquoi le film ‘Crazy Rich Asians’ va tout changer par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 20 Août 2018

A peine sorti aux Etats-Unis, le film 'Crazy Rich Asians' a totalement retourné le box-office américain ce week-end, en réalisant une recette de 34 millions de dollars. En moins d’une semaine, tout le monde ne jure que par ce film et ça n’a rien d’étonnant.

C’est certainement l’un des films de l’année, si ce n’est le film de l’année. En à peine 5 jours, "Crazy Rich Asians" a atteint le sommet du box-office aux Etats-Unis et au Canada, récoltant environ 34 millions de dollars de bénéfices. Adaptation de la trilogie du même nom écrite par Kevin Kwan et dont le premier tome est sorti en 2013, il n’y a rien d’étonnant à ce que le long-métrage connaisse un tel succès en si peu de temps. Car cette comédie-romantique hilarante et extravagante est avant tout moderne et engagée.

D'abord, le fait qu’elle mette en scène uniquement des acteurs asiatiques est révolutionnaire. Depuis 1993, aucun film hollywoodien n’a été réalisé entièrement avec un casting d’acteurs et de réalisateurs aux origines asiatiques et mettant en lumière le continent. RTL ne manque pas de rappeler que beaucoup d’acteurs blancs ont d’ailleurs été choisi pour jouer des personnages asiatiques dans des blockbusters. On se souvient de Matt Damon dans "La Grande Muraille" en 2016 ou encore de Tom Cruise, tête d’affiche du "Dernier Samouraï", entre autres. Des aberrations.
Mais ce temps est révolu et il n’est plus question de relayer les acteurs asiatiques et noirs au second plan. L’engouement des spectateurs le prouve. D’ailleurs, le réalisateur du film, Jon M. Chu, n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance sur Twitter et plus qu’un film, il parle d’un véritable "mouvement". Car c’est certain, et cela avait commencé avec le succès de "Black Panther", il est grand temps de voir toutes les communautés représentées à l’écran.

Traduction : "L’Amérique est tombée amoureuse de notre casting de fous entièrement asiatique. Tous de milieux, de styles, de formes, de tailles, d’âges différents. Elle a fait exploser toutes nos espérances en atteignant les 34 millions de dollars de bénéfices. (…) Merci ! Je suis chanceux de représenter une petite partie de ce mouvement gigantesque".

Interviewé sur CBS, le réalisateur a ajouté : "J’espère que dans dix ans, nous repenserons à ce moment et nous l’aurons oublié". Souhaitant que d’ici là, on aura arrêté de s’étonner que la distribution entièrement asiatique ait pu, à un moment donné, être un sujet de discussion à part entière. Il est bien vrai.

L’actrice principale, Constance Wu s’est, quant à elle, emparée de Twitter pour appeler la communauté asio-américaine à utiliser l’industrie du spectacle pour faire parler d’elle. "Nous avons nos propres outils, les compétences et surtout, nous avons notre style. Simplement parce que certains ne le voient pas, ne signifie pas que nous ne l’avons pas. (…) J’espère que les enfants asio-américains verront "Crazy Rich Asians" et réaliseront qu’ils peuvent être les héros de leur propre histoire. Je sais que le film ne nous représente pas tous. Alors pour ceux qui ne s’y identifient pas, j’espère qu’il y aura bientôt une histoire qui vous représentera. (…) Les histoires d’immigrés sont faites de rêves, d’amour, de sacrifices, de courage, d’honneur. Et c’est tout cela qui fait de l’Amérique un beau pays". Si on oublie Donald Trump.

A cela s’ajoute une fibre féministe à l’intérieur même du film, et c’est CNN qui le remarque. Les femmes y respirent apparemment l’intelligence, la culture et le savoir-faire, tandis que les hommes auraient plutôt l’air de bons à rien un peu idiots qui ne gèrent pas bien l’argent dont ils ont hérité. Une caricature évidemment dépeinte avec beaucoup d’humour et qui fait du bien à regarder. Ça change.

Enfin, on dit adieu aux codes de la comédie-romantique telle qu’on la connaît. C’est Business Insider qui le souligne. Out "Bridget Jones" (même si on l’adore) et  "Coup de Foudre à Notting Hill", dans "Crazy Rich Asians", les deux protagonistes sont déjà ensemble au début du film, il n’est pas question de leur rencontre, ni même des débuts de leur histoire. Le couple a les mêmes problèmes de famille ou d’argent que n’importe quel autre couple. Et c’est plus simple de s’y identifier, car, on ne va pas se mentir, jamais personne ne nous fait livrer des bouquets de fleurs au travail pour se faire pardonner (d’ailleurs, si jamais…).

Il va falloir s'armer de patience et attendre le 10 octobre 2018 pour voir le film en France. Mais si vous avez la chance d’être aux Etats-Unis ou au Canada, sautez sur l’occasion d’aller voir ce long-métrage, premier d’une nouvelle ère, avant nous. On ne sera pas trop jaloux. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus