"Paris est à nous" : la décevante prise de risque de Netflix "Paris est à nous" : la décevante prise de risque de Netflix

Cinéma

"Paris est à nous" : la décevante prise de risque de Netflix par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 27 Février 2019

Un film à petit budget, une histoire d’amour improbable avec en toile de fond les grands bouleversements de ces dernières années en France : jusqu’ici, on était conquis par le pitch de "Paris est à nous". Mais les nombreux flashbacks, la voix off déconnectée du reste et la musique assourdissante nous ont finalement donné le tournis.

Paris est à nous, c’est d’abord le projet d’une bande de copains passionnés de cinéma qui décident de faire un long-métrage, malgré leur manque de moyens. Financé grâce à une cagnotte participative, il fait le buzz et obtient le soutien inattendu de Netflix qui, avec ce film expérimental, fait un pari risqué. Mais à en croire la bande-annonce, le jeu en valait la chandelle. La belle histoire d’amour entre Anna, une jeune femme un peu perdue qui se laisse porter par la vie, interprétée par Noémie Schmidt, et Greg (Grégoire Isvarine), avait tout pour séduire.

Problème : dès les premières minutes, on est complètement perdu.e.s. Entre la musique électronique assourdissante, les nombreux retours en arrière et la voix off qui semble déconnectée, il est compliqué de s’y retrouver. Idem avec les évènements qui constituent la toile de fond du film : la marche républicaine du 10 janvier 2015 après les attentats contre Charlie Hebdo et les rassemblements liés au mouvement Nuit Debout... Difficile de savoir sur quel pied danser. Comme si Paris est à nous était finalement dépourvu de tout cadre spatio-temporel. On doit l’avouer, la réalisatrice qui signe ce long-métrage sous pseudo, Elisabeth Vogler, nous a un peu perdu avec ce projet très (trop) expérimental qui tourne autour des sons, des couleurs et des flashbacks. On a eu beaucoup de mal à faire le lien entre le message porté, les thèmes abordés et la détresse de cette jeune femme, prisonnière de son mode de vie et de son amour destructeur pour Greg.

Heureusement, Paris est à nous est porté par un duo brillant, Noémie Schmidt et Grégoire Isvarine. Elle dans le rôle d'une jeune femme qui passe son temps à combattre ses démons intérieurs, lui dans le rôle du jeune homme ambitieux et réaliste, qui ne peut se résoudre à mettre fin à son histoire d’amour. Deux acteurs qu’on a hâte de revoir à l’écran.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires