"On ne peut plus rien dire" : un docu qui questionne notre rapport aux cheveux afro "On ne peut plus rien dire" : un docu qui questionne notre rapport aux cheveux afro

Cinéma

"On ne peut plus rien dire" : un docu qui questionne notre rapport aux cheveux afro par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 3 Mai 2019

À 21 ans, l’étudiante en cinéma Néhémie Lemal a "pris sa caméra pour exister". Avec son documentaire "On ne peut plus rien dire", elle délivre un documentaire fort sur le racisme ordinaire qui plane au-dessus des cheveux afros. Et il vaut le coup d’œil.

On ne peut plus rien dire, c’est ce que répondent les détracteurs de Néhémie Lemal lorsque celle-ci explique que leurs commentaires sur sa coiffure afro sont racistes et offensants. Et c’est d’ailleurs comme ça qu’elle a choisi d’intituler son premier documentaire, qui traite du problème. À 21 ans, l’étudiante en troisième année de cinéma à La CinéFabrique a réalisé ce film pour les besoins d’un projet scolaire. Mais elle a décidé de faire plus que de rendre un simple devoir : "Ce documentaire, je l’aurais fait même s’il n’y avait pas eu cet exercice à l’école. Il était absolument nécessaire que je le fasse, mais cet exercice était une bonne occasion", précise-t-elle. Avec le soutien de ses professeurs tout au long du tournage, la réalisatrice en herbe a réussi à rendre un court métrage personnel où, aux côtés de sa famille, elle se livre sur les difficultés qu’elle rencontre depuis qu’elle porte sa coiffure afro.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Néhémie (@nehemielemal) le

 

Une histoire personnelle mais universelle

À 18 ans, Néhémie Lemal a décidé de porter ses cheveux naturels et de se tailler un afro. "À ce moment-là, je l’ai fait sans aucune idée politique. J’en voyais dans les clips, dans les films, et je trouvais ça très beau, alors je me suis dit ‘Pourquoi pas’". Tout de suite, une avalanche de commentaires racistes s’est abattue sur la jeune femme. Sans parler des regards insistants au quotidien. Un récit qui ne sera pas étranger aux femmes noires qui portent la même coiffure…

Pourtant, dans son petit village du sud de la France, Néhémie Lemal avoue être plutôt habituée à ce type de confrontations, mais elle remarque qu’elles se sont gravement accentuées avec cette coiffure. "On m'a même tiré les cheveux en pleine rue pour savoir si c'était des vrais !" affirme la réalisatrice, indignée. Ces actes haineux, elle les a raconté à ses parents, tous deux blancs, qui ont minimisé leur impact. Un déni qui constitue le point central de son documentaire, qui débute par une lettre ouverte à sa mère, avant de montrer des témoignages sincères des membres de sa famille.

 À cause de ce manque de soutien, Néhémie Lemal a fini par se sentir seule : "Mes parents étant Blancs, ils ne comprennent pas forcément ce que je vis", confie-t-elle. Epuisée, elle se couvrira finalement les cheveux pendant un an et arrêtera de se battre. Jusqu’à ce qu’elle réalise qu’elle n’avait pas à avoir honte de ses cheveux, ni à les cacher.

La caméra comme arme braquée sur les préjugés

Avec son court métrage On ne peut plus rien dire, l’intention de Néhémie Lemal est claire : faire entendre sa voix, et dénoncer sans détour le racisme anti-noirs. "J’évolue dans un milieu essentiellement blanc. Les remarques racistes, je les acceptais, je les laissais passer… Mais je ne me tairais plus maintenant". Le documentaire permet de mettre en lumière son histoire, mais ambitionne aussi de faire prendre conscience aux personnes non-racisées de leurs paroles racistes, qui peuvent leur sembler inoffensives mais sont de vraies violences. "Je savais qu’en mettant en scène ma famille, certains allaient pouvoir se reconnaitre dans le discours de mes parents, et voir comment et pourquoi ça peut être problématique". Desormais, sa mère, de qui la réalisatrice tient sa détermination, lui apporte tout son soutien. Et, depuis les multiples projections, notamment une à Sciences Po en mars 2018, Néhémie Lemal a compris qu’elle n’était pas seule dans cette lutte, même si elle reste encore trop isolée. Ce qu’elle espère changer avec son travail.

Le documentaire "On ne peut plus rien dire" de Néhémie Lemal sera diffusé au Vidéodrome 2 à Marseille  le 1er mai 2019. Il sera disponible en intégralité sur YouTube dès septembre 2019. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires