"Belle époque" de Nicolas Bedos : le film réussi d'un mec infernal devenu un bon réal "Belle époque" de Nicolas Bedos : le film réussi d'un mec infernal devenu un bon réal

Cinéma

"La belle époque" de Nicolas Bedos : le film réussi d'un mec infernal devenu bon réalisateur par Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 5 Novembre 2019

Réalisateur de "La belle époque," une comédie à la fois délirante et profonde, Nicolas Bedos prouve qu’il vaut beaucoup mieux que sa réputation de trublion exaspérant. Tant mieux !

Par le passé, il nous a souvent énervés, notamment quand il promenait sur les plateaux télé son arrogance de beau gosse content de lui et sa tchatche de donneur de leçons. Malgré nos réticences, Nicolas Bedos nous avait déjà surpris il y a deux ans en signant pour le cinéma Monsieur et Madame Adelman, l’histoire délirante d’un couple pendant plusieurs décennies agitées. Une fiction où, non content d’occuper le poste de metteur en scène, ce partisan du tout à l’ego incarnait également le rôle principal aux côtés de sa compagne Doria Tillier. Rebelote aujourd’hui avec La belle époque, un film plus étonnant encore que son prédécesseur où, cette fois, Nicolas Bedos reste derrière la caméra et ne tire donc pas la couverture à lui. Ce que l’on ne lui reprochera pas.

Dans cette comédie qui ne ressemble à rien de connu dans le paysage de la comédie hexagonale, Bedos met en scène Victor, un sexagénaire dépressif qui, entre autres problèmes, ne parvient plus à communiquer avec sa compagne : Marianne, devenue au fil du temps une sorte de bulldog à l’égard de sa moitié. Grâce à entrepreneur rusé qui a mis au point une invention permettant à ses clients de se replonger dans l’époque de leur choix, Victor va pouvoir revivre ses jeunes années, celles où, plusieurs décennies en arrière, il a rencontré Marianne, alors charmante, et vécu avec elle une passion amoureuse enchanteresse.

Est-il raisonnable de revisiter son passé sentimental ? Les histoires d’amour sont-elles vouées à s’achever dans l’ennui et le mépris ? Autour de ces interrogations qui n’ont rien de frivole, Bedos concocte une comédie dynamique et incisive qui, dans son scénario comme dans sa mise en scène, emprunte mille et uns détours stimulants. Incarné par des acteurs motivés (Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Doria Tillier), La belle époque, tel un grand huit cinématographico-temporel, suscite un délicieux vertige et invite à la fois aux éclats de rire et à la méditation mélancolique. Tout ça dans un seul film, c’est assurément beaucoup.

Olivier De Bruyn

La belle époque, de Nicolas Bedos, avec Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Doria Tillier… Sortie le 6 novembre.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires