"Mon Inconnue" : heureusement, il y a François (Civil) ! "Mon Inconnue" : heureusement, il y a François (Civil) !

Cinéma

"Mon Inconnue" : heureusement, il y a François Civil ! par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 3 Avril 2019

Après des débuts remarqués dans la série "Dix pour cent ", voilà François bombardé de premiers rôles : quatre en 2019, qui dit mieux ? Mais la comédie romantique "Mon Inconnue" est-elle vraiment indispensable à son C.V. ? Hum…

Raphaël est un garçon verni: à même pas trente ans, il a un super job, un super appart, un super pote et une super girlfriend, Olivia, qu’il néglige un peu, succès oblige. Un matin, il se réveille dans une autre vie, beaucoup moins flamboyante que celle qu’il menait auparavant. Il n’est plus un écrivain de science-fiction à succès mais prof dans un lycée. Son appart est tout à fait banal. Et surtout, dans cette nouvelle vie, Olivia n’est plus sa femme mais une pianiste célèbre qui ne le reconnaît même pas le jour où il l’aborde à la sortie d’un concert. Seul point commun avec sa vie d’avant: son pote Félix, un garçon sympa mais un peu lourdingue qui va l’aider, avec plus ou moins de succès, à reconquérir Olivia.

Ouch ! Ils ont été nombreux à bosser sur le scenario. Cinq personnes en tout, dont le réalisateur Hugo Gélin lui-même, l’écrivain David Foenkinos et la réalisatrice Laetitia Colombani. Et sans doute qu’au final, sur le papier, la romance entre Raphaël et Olivia devait en mettre plein les yeux. Hélas - et c’est un problème inhérent aux comédies françaises - entre ce qui est écrit sur le papier et ce qu’on voit à l’écran, il y a un gap aussi grand que celui qui sépare les deux vies de Raphaël dans le film. Un gap que l’on pourrait nommer aussi "une vision" de metteur en scène. Autre chose qu'un savoir-faire.

Autre écueil sur lequel butte souvent les réalisateurs, même les plus chevronnés, et nous-même en tant que spectateur: le vieillissement ou le rajeunissement radical des rôles principaux (n’est pas David Fincher, le réal de Benjamin Buttons, qui veut !) Et là, franchement, Benjamin Lavernhe (34 ans en vrai) en copain ado de François Civil, au début du film, ça ne le fait pas du tout. Heureusement, le comédien de la Comédie Française se rattrape à mi-parcours à un âge plus adulte, et particulièrement lors d’une scène de dîner savoureuse, où son personnage se fait passer pour l’agent artistique de Raphaël face à Olivia. Enfin, c’est une question que l’on pourrait poser non seulement à Hugo Gélin, mais à la plupart des réalisateurs français: pourquoi l’amitié masculine est-elle si souvent représentée à l’écran de façon aussi lourdingue, avec blagues à base de "bites" ?

Reste qu’à force de se donner un mal de chien pour reconquérir son aimée (Joséphine Japy, gracieuse), Raphaël finit par gagner notre sympathie. Et François Civil n’y est pas pour rien dans le processus, puisqu’il est l’incarnation du mot "sympathie" à l’écran, et donc en passe de devenir l’un des acteurs les plus demandés du cinéma français. Parfait dans l’excellent Celle que vous croyez, de Safy Nebbou, ainsi que dans le méga hit Le chant du loup, il a beau être un peu à la peine dans cette comédie, il gagnera sans doute, grâce à elle, quelque chose de précieux: le coeur des plus fleurs bleues d’entre nous.

Mon Inconnue de Hugo Gélin, sortie le 3 avril 2019.

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires