« Mes jours de gloire » : Vincent Lacoste, trop puissant "Mes jours de gloire" : Vincent Lacoste, trop puissant !

Cinéma

"Mes jours de gloire" : Vincent Lacoste, trop puissant ! par Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 26 Février 2020

Dans son premier film, Antoine de Bary met en scène les mésaventures d’un jeune Parisien qui souffre… d’impuissance. L’occasion pour l’excellent Vincent Lacoste de s’en donner à cœur joie. Plaisir partagé.

Il y a (déjà) dix ans, un jeune acteur encore ado nous subjuguait en draguant maladroitement les filles et en s’adonnant à des séances régulières et frénétiques de masturbation. Dans Les beaux gosses, de Riad Sattouf, Vincent Lacoste révélait son visage mi boudeur mi charmeur, un visage que l’on allait retrouver ensuite dans les tous les bons coups du cinéma français : Hippocrate, de Thomas Lilti, Victoria, de Justine Triet, Chambre 212, de Christophe Honoré, on en passe…

En 2020, Vincent Lacoste, 27 ans, n’a plus l’âge de jouer les ados obsédés, mais celui d’incarner les jeunes hommes en crise et… en panne. Dans Mes jours de gloire, le premier film étonnant de Antoine de Bary, Vincent incarne Adrien, un quasi trentenaire immature qui croule sous les dettes, peine à s’imposer dans son travail (il aimerait devenir acteur et passe des auditions pour incarner un certain Charles de Gaulle) et souffre dans ses relations avec les filles, en premier lieu parce qu’il est convaincu de souffrir d’impuissance. La queue entre les jambes, l’infortuné Adrien a beau consulter des spécialistes et se shooter au viagra, sa vie sentimentale et sexuelle ne rime pas exactement avec félicité.

Comment évoluer dans un monde où les injonctions à la performance sont omniprésentes ? Comment régler ses problèmes d’hypocondrie ? Comment dialoguer avec ses parents quand on a une mère psychanalyste sévèrement intrusive (Emmanuelle Devos, hilarante) et un père alcoolo en pleine déroute (Christophe Lambert, hilarant itou) ? Autour de ces excellentes questions, Antoine de Bary trousse une tragicomédie à la fois saugrenue et profonde qui a le bon goût de ne jamais se prendre au sérieux. Même si la mise en scène du film n’est pas à la hauteur de son scénario décapant, Mes jours de gloire nous entraîne dans sa petite musique entêtante et bénéficie évidemment de la prestation cocasse et touchante de Vincent Lacoste, un acteur qui, jusqu’à présent, a le chic pour ne jamais nous décevoir. Pourvu que ça dure.

Olivier De Bruyn
Mes jours de gloire, de Antoine de Bary, avec Vincent Lacoste, Emmanuelle Devos, Christophe Lambert… Sortie le 26 février.

 

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires