Les Arcs Film Festival : Glamour prime "Lara Jenkins" Les Arcs Film Festival : Glamour prime "Lara Jenkins"

Cinéma

Les Arcs Film Festival : Glamour prime "Lara Jenkins" par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 24 Décembre 2019

De la neige, des fondues et de beaux films… C’était le programme du festival du film européen des Arcs où le jury de la Presse (dont Glamour faisait partie) a récompensé "Lara Jenkins", de Jan-Ole Gerster, film allemand subtile et complexe sur les rapports entre une mère et son fils.

Lara est détestée de tout le monde : de ses ex-collègues de travail, de son ex-mari, de sa propre mère et de son fils, pianiste prodige qui omet de l’inviter le soir de son premier grand récital à Berlin. Seul son voisin semble l’apprécier. Mais Lara met un frein à ses élans. Pourquoi se montre-t-elle à ce point autoritaire et glaciale envers son entourage ? Grâce au talent du réalisateur Jan-Ole Gerster, révélé par son premier film Oh Boy, la carapace de son héroïne se fendille subtilement de façon à ce que l'on prenne fait et cause pour elle et participe à sa délivrance finale. Si Lara ne regarde jamais franchement les gens qui s’adressent à elle, c’est parce qu’elle-même n’ose pas se regarder dans la glace. D’une austérité très "allemande", les premières minutes de ce film peuvent d’abord décontenancer. Mais petit à petit, Lara Jenkins prend son envol, nous faisant passer d’une émotion à une autre et nous amenant à reconstituer un puzzle dont les premières pièces peuvent paraître énigmatiques.

Projeté dès le début du festival du film des Arcs, ce film aurait pu se faire oublier, tant ceux qui lui ont succédé dans la compétition étaient forts en émotions brutales. Mais sa mise en scène précise, l'originalité de ses plans et l’interprétation toute en nuances de son actrice principale Corinna Harfouch ont laissé son empreinte dans l’esprit des quatre membres du jury de la presse ( journalistes à  l’émission Le Cercle et à Glamour, Les Inrocks et Marie-Claire) qui ont voté pour lui à l’unanimité. L’autre bonne surprise de ce festival à la programmation aussi riche que surprenante : un prix d’interprétation donné par le Grand Jury, présidé par le réalisateur Guillaume Nicloux, aux jeunes actrices Roxanne Scrimshaw et Nichola Burley, époustouflantes dans "Lynn + Lucy" de Fysal Boulifa, film sur une amitié intense qui se délite suite à la mort d’un enfant. Bien que soumises à rudes épreuves, les femmes étaient donc particulièrement à l’honneur cette année.

Lara Jenkins de Jan-Ole Gerster, sortie le  26 février

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires