scar cover scar slider

Cinéma

Pourquoi le British Film festival refuse de cautionner les films avec des personnages méchants balafrés par Sarah Ben Ali

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 30 Novembre 2018

L’institut du British Film festival (IBF) refuse désormais de financer des films mettant en scène des méchants portant une cicatrice sur le visage. Ainsi, il signe son premier acte contre le délit de faciès au cinéma.

Le geste est révélateur d’une volonté de changer les choses. L’institut britannique prend position contre les discriminations fondées sur les différences visibles. Plus de Joker, plus de Scar dans le Roi Lion, plus de Danny Trejo dans le rôle du mexicain voyou, plus de Tommy Flanagan en tant que tueur à gage. Et si Gaspard Ulliel s’aventurait à jouer le méchant, le festival refuserait de subventionner son film.

En cause, l’impact du cinéma sur la stigmatisation des personnes ayant une cicatrice. Dans une déclaration à la presse, Ben Roberts, le directeur adjoint du festival a déclaré : "les films ont une influence majeure sur la société, c’est pour cela que nous nous engageons à ne pas donner de représentations négatives à des personnes ayant une différence visible."

Un exemple à suivre. Depuis le temps qu’on limite des acteurs dans les personnages de vilains à cause de leur faciès, l’initiative de l’IBF responsabilise les boites de production et les encourage à dissocier les cicatrices de la méchanceté dans leurs films.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus