Cinéma

"La Villa": un film qui redonne foi en l’humanité

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Il n’y a peut-être pas tout le confort dans "La Villa" du réalisateur Robert Guédiguian. Mais en compagnie de ses personnages, qu’est-ce qu’on se sent bien !

Ça devait le démanger depuis longtemps, ce vieux grigou gauchiste de Guédiguian: aborder dans l’un de ses films le thème des migrants. Et il a fini par en faire entrer quelques-uns – un peu aux forceps - dans sa Villa de Méjean baignée de soleil où se retrouvent une sœur ( impeccable Ariane Ascaride) et deux frères autour d’un père agonisant. Quand les jeunes (et un peu trop dodus) migrants débarquent, Angèle, Joseph et Armand sont déjà en lutte avec mille problématiques. En vrac : la peur de vieillir et de ne plus être désirable, la perte d’un enfant, la déliquescence du milieu ouvrier, le racisme, la dépression des personnes âgées, la sublimation par l’art, la rude vie des pêcheurs des calanques, le retour à la nature.... Ouf ! Cela fait beaucoup ! Alors parfois ça coince un peu (l’emphase romantique du pêcheur qui récite du Claudel). Mais il y a aussi de nombreux moments de grâce : toutes les scènes avec Jean-Pierre Darroussin, étonnant en réac au cœur d’or, par exemple. Et c’est peut-être cela que l’on retient le plus. Parce qu’après tout, ce film est un condensé de tout ce que l’on doit se fader en même temps dans la vie et que la caméra de Robert Guédiguian, toujours aussi bienveillante, sonde magnifiquement l’âme humaine.

Sortie le 29 novembre

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.