"La Vérité si je mens ! Les débuts" : c’est vraiment raté ! "La Vérité si je mens ! Les débuts" : c’est vraiment raté !

Cinéma

"La Vérité si je mens ! Les débuts" : c’est vraiment raté ! par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 16 Octobre 2019

Clichés à que veux-tu en voilà, blagues lourdes et impression de déjà vu : "La Vérité si je mens ! Les débuts", préquel consacré à la fameuse bande d’amis du Sentier, a bien failli nous faire quitter la salle de cinéma.

Puisque la mode est aux préquels, les réalisateurs Michel Munz et Gérard Bitton ont voulu en offrir un à la saga La Vérité si je mens ! et raconter la jeunesse de la célèbre bande d’amis du Sentier. Mauvaise idée. En plus d’être bourré de clichés, le film, qui se déroule au début des années 1980, est tantôt long, tantôt gênant.

Blagues lourdes et scénario inexistant

Pour ce quatrième volet, exit Vincent Elbaz, Bruno Solo, José Garcia et Gilbert Melki, Dov, Patrick, Serge et Yvan sont respectivement interprété par Mickael Lumière, Yohan Manca, Anton Csaszar et Jeremy Lewin. Pourtant, si changement de casting il y a eu, côté humour, rien n’a vraiment changé depuis 1997 et la sortie du premier La Vérité si je mens !. Dès les premières minutes, les clichés sur la communauté juive abondent, le scénario ne tient vraiment pas la route et l’histoire tourne en rond. Dove et Serge sont lycéens, Yvan et Patrick ont monté une affaire- un vidéo club qui ne fonctionne pas-, et tous les quatre essaient de construire leur vie tant bien que mal. Premières relations amoureuses, joie du business et amitiés tumultueuses, l’histoire ne va pas plus loin et on ne voit pas où les réalisateurs veulent en venir... On a même une impression de déjà-vu. La misogynie en plus, en atteste la scène où la mère de Patrick est forcé de quitter la pièce car elle est une femme... 

1h50 pour ne rien dire, ça peut paraître une éternité. Surtout que la caméra est mal maîtrisée et que les dialogues ont peu d'intérêt. Pour la nuance et la subtilité, on repassera. Et pour l’humour aussi. Dommage pour ce film censé être une comédie.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires