La Belle et la Bête : Emma Watson, princesse parfaite

Cinéma

"La Belle et la Bête" : Emma Watson, princesse parfaite

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 21 Mars 2017

Dans cette énième version de La Belle et la Bête conçue par les studios Disney, Emma Watson souffre, chante, lutte et bien sûr, tombe amoureuse d’une monstrueuse créature poilue… Une interprétation dynamique qui apporte de la grâce et même des surprises à une partition dont on connaît pourtant la moindre note.

Il était une fois… La Belle et la Bête ! Plus d’un demi-siècle après la version mythique et inusable de Jean Cocteau - avec Jean Marais dans le rôle de la Bête - et trois ans seulement après celle conçue par Christophe Gans avec le duo Léa Seydoux/Vincent Cassel, les studios Disney squattent les multiplexes avec une nouvelle mouture du conte inusable. Pas de surprise, pas de scoop, tout est « bel » et bien à sa place : le sortilège impitoyable frappant le prince devenu monstre, l’amour que celui-ci porte à la jeune fille innocente… Rien de neuf au programme ? Pas sûr. Histoire de redynamiser cette affaire un tantinet poussiéreuse, les scénaristes de chez Disney se sont creusés les méninges et la Belle et la bête new look, avance avec quelques innovations, dont on vous laisse la surprise pour ne pas spoiler ! Soyons clairs : avec sa bande-son assourdissante et ses nombreuses longueurs - le film dure 2 h 15 ! -, La Belle et la Bête version 2017, malgré quelques audaces, ne fait pas oublier ses prédécesseurs, ni le film d’animation.

Le long-métrage compte néanmoins un atout majeur dans son jeu : Emma Watson. Grâce à son énergie et à son charme volontaire, l’ex ado de la saga Harry Potter tire une nouvelle fois joliment la couverture à elle et prouve que, dans les films indépendants singuliers (Bling Ring, de Sofia Coppola) comme dans les blockbusters en forme de rouleau compresseur, son tempérament de feu est toujours susceptible de surprendre. De surprendre et de ravir. Grâce à elle, cette énième version de La Belle et la Bête ne s’abime pas (complètement) dans le radotage superflu.

"La Belle et la Bête", de Bill Condon, avec Emma Watson, Dan Stevens, Kevin Kline… Sortie le 22 mars.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus