Keeper : un premier film qui vise juste

"Keeper" : un premier film qui vise juste

"Keeper" : un premier film qui vise juste

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 23 Mars 2016

Dans son premier long métrage, le débutant Guillaume Senez met en scène deux ados de 15 ans, amoureux et… en passe de devenir parents. Résultat : une fiction intense qui échappe aux clichés. A découvrir !

Ce ne sont plus des enfants, mais ils ne connaissent rien (ou presque) du monde des adultes. Maxime et Mélanie, 15 ans tous les deux, vont bientôt apprendre à vieillir. Rudement… Alors que les deux amoureux vivent leur vie d’ados en faisant la fête, en plébiscitant les réseaux sociaux et en découvrant avec gourmandise les joies de la sexualité, ils apprennent un jour que Mélanie est enceinte. Contre toute attente, Maxime, qui ne semblait penser qu’à s’éclater avec ses potes et à devenir footballeur professionnel (il est enrôlé dans un centre de formation), se met en tête de garder le bébé et de devenir père. Mélanie, d’abord réticente, partage les désirs de son copain, malgré sa peur de l’accouchement, des responsabilités à venir, des bouleversements multiples dans son existence. Les deux ados doivent affronter de multiples périls : les réactions consternées de leurs parents, l’incompréhension de leur entourage et, surtout, leurs propres angoisses, qui rongent leur histoire d’amour débutante…

La chronique adolescente est un genre en soi du cinéma et il est rare, très rare même, que les réalisateurs s’emparant du sujet évitent les clichés générationnels barbants et schématiques. Dans Keeper, son premier film, le Belge Guillaume Senez évite merveilleusement tous ces écueils. Avec ces deux personnages contraints de grandir trop vite, le réalisateur néophyte, sans jamais céder à la tentation du pleurnichage, met en scène une histoire rude et juste où son sens du réalisme et son mépris pour le "psychologisme" emballent au détour de chaque scène. Avec une sensibilité aiguë, le cinéaste ne lâche pas d’une semelle ses deux héros émouvants et met en scène leurs désirs en pagaille, leurs contradictions, leur amour profond. Partenaires indissociables de Guillaume Senez dans la réussite de Keeper, les deux jeunes comédiens, unis devant la caméra, accomplissent des prouesses. Et si Kacey Mottet Klein n’est pas tout à fait un inconnu (on le retrouvera dès la semaine prochaine dans le nouveau film d’André Téchiné : Quand on a 17 ans), sa partenaire, Galatéa Bellugi, tout en mystères et émotions secrètes, fait figure de révélation avec sa mine boudeuse et son énergie à fleur de peau et de mots. Une jeune actrice à suivre de très près.

"Keeper", de Guillaume Senez, avec Kacey Mottet Klein, Galatéa Bellugi… Sorti le 23 mars.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus