"Girl" : cette fille-là, elle est terrible ! "Girl" : cette fille-là, elle est terrible !

Cinéma

"Girl" : un film tout sauf girly par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mercredi 26 Septembre 2018

De l’histoire (vraie) d’une jeune transgenre voulant devenir danseuse étoile, le réalisateur a fait un film où la seule violence montrée est celle que s’inflige l'héroïne. Fascinant mais éprouvant…

Elle a de longs cheveux blonds, de grands yeux limpides et un sourire angélique. Mais derrière ce physique gracieux se cache un corps de garçon. Un corps que Lara tente de transformer grâce à un traitement hormonal qui tarde à montrer ses effets. Et Lara est pressée, très pressée d’être "totalement" un garçon. Accompagnée dans sa démarche par un entourage bienveillant (merveilleux Arieh Worthalter dans le rôle du père), la jeune femme ajoute à sa transition une autre épreuve : celle de devenir danseuse classique. Et quoi de plus genrée que cette discipline qui contraint le corps de la femme dès son enfance. Alors, on a mal pour Lara, on souffre pour elle durant ses longues séances de "pointes", dont même ses professeurs, subjugués par sa rage de réussir, n’essayent pas de la dissuader d’arrêter. Et dont elle sort exsangue et les pieds en sang.  

On aurait bien voulu que Lara se choisisse une autre passion ou un autre métier : prof, ingénieur, médecin ou même danseuse de hip-hop. Mais voilà, le cinéma est un laboratoire d’histoires qui pousse les situations à l’extrême. Inutile, donc, de reprocher au réalisateur belge Lukas Dhont de nous faire souffrir à l’unisson avec son héroïne. Mais on louera, à la place, son excellente direction d’acteur (dans le rôle de Lara, le jeune Victor Polster est formidable d’opacité et de souffrance rentrée) et son parti-pris de montrer que le plus grand obstacle rencontré par Lara dans son douloureux parcours, ce ne sont pas les autres, c’est elle-même.

"Girl", de Lukas Dhont, sortie le 10 octobre

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus