Deauville 2019 : "Swallow" ou la fascinante histoire d’une fille qui avale tout Deauville 2019 : "Swallow" ou la fascinante histoire d’une fille qui avale tout

Cinéma

Deauville 2019 : "Swallow" ou la fascinante histoire d’une fille qui avale tout par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 11 Septembre 2019

Rien de lubrique dans ce titre. Boutons, cadenas, dés à coudre… Hunter avale des tas d’objets dans "Swallow" , film qui met en lumière un trouble du comportement alimentaire et une actrice sidérante, Haley Bennett. Un prix en perspective au festival de Deauville ?

L’emmerdement maximal de la femme au foyer, c’est un sujet souvent traité au cinéma. Cela conduit généralement l’héroïne à la tentative de suicide (Julianne Moore dans Les heures), à l’affabulation (Charlize Theron dans Tully) ou même au meurtre (Florence Pugh dans The Young Lady). Dans Swallow, Hunter s’acharne à cacher à son mari et à ses beaux-parents qu’elle s’ennuie à cent sous de l’heure dans sa belle cage de verre, une maison d’archi située à flanc de colline. "Es-tu vraiment heureuse ou fais-tu semblant d’être heureuse ?" lui demande sa belle-mère. "Je suis vraiment heureuse" ment Hunter. Mais quand bien même dirait-elle la vérité que tout le monde s’en ficherait complètement. Hunter le sait. Tout ce qui intéresse son mari et sa belle-famille, c’est l’enfant qu’elle porte dans son ventre. Alors elle mange, Hunter, elle comble son vide affectif et refoule un gros trauma d’enfance en avalant des objets de plus en plus gros qu’elle récupère ensuite aux toilettes pour les déposer tel des trophées sur sa commode. C’est trash, trouvez-vous ? Oui, mais le réalisateur Carlo Mirabella-Davis dirige avec beaucoup de finesse ses acteurs qui le lui rendent bien. L’actrice Haley Bennett n’a nul besoin d’en faire trop. Ses émotions transparaissent à fleur de peau.

Au festival de Deauville, sitôt le mot fin apparu, on est allé aussitôt sur le net se renseigner sur le pica, un trouble du comportement alimentaire bien plus courant qu’on le pense. Il concerne majoritairement les enfants, les jeunes adultes et les femmes enceintes et découle d’une dépression carabinée. Dans sa forme "douce", il consiste à consommer en grande quantité un aliment unique (pomme de terre crue, laitue, cacahuète). Dans sa forme "dure", il peut conduite à la géophagie (l’absorption de terre) l’acuphagie (ingestion d’objets pointues ou tranchants) ou à l’hyalophagie ( ingestion de morceaux de verre). Un truc de dingue, quand y pense, et qui peut conduire direct aux urgences, voire à la morgue.

Rassuré pour l’avenir de l’héroïne (on ne veut pas spoiler mais Hunter ne s’est pas étouffée en avalant une tronçonneuse ou une huche à pain ), on a ensuite déjeuner de bon appétit. Guettez ce film étonnant, à la fois violent et élégant, qui devrait sortir en janvier.

"Swallow" de Carlo Mirabella-Davis, sortie prochainement.

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires