Festival de Deauville 2019 : l’étrange apparition de Johnny Depp Festival de Deauville 2019 : l’étrange apparition de Johnny Depp

Cinéma

Festival de Deauville 2019 : l’étrange apparition de Johnny Depp par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 10 Septembre 2019

Coup de fatigue ou timidité ? L’acteur Johnny Depp semblait totalement à l’ouest le 8 septembre lors de l’hommage qui lui a été rendu à Deauville. Et son rôle de tortionnaire hiératique et glacé dans "Waiting for the Barbarians" projeté à l’issue de la cérémonie a achevé de nous déconcerter.

Ils étaient des centaines de fans, certains tenant des effigies du pirate Jack Sparrow, d’autres perchés sur des escabeaux, agglutinés aux deux sorties de l’hôtel Royal Barrière, où l’acteur séjournait, et tout autour du Centre International de Deauville. Après avoir été débarqué en voiture sur le tapis rouge, l’acteur a gentiment signé des autographes puis, devant les caméras, a longuement complimenté Mark Rylance, son partenaire de Waiting for the Barbarians. Enfin ce fut l’hommage expéditif rendu par Catherine Deneuve à l’issue duquel l’acteur s’est montré peu loquace, très hésitant, laissant des blancs entre ses phrases, et ne parvenant à retrouver ses esprits que pour dire quelques mots gentils à propos de sa fille Lily-Rose, de son ex-femme Vanessa Paradis et de Mark Rylance.

Après la projection de Waiting for the Barbarians, on a compris pourquoi il vantait à ce point les mérites de son partenaire. C’est que tout le film repose sur le jeu intense de Mark Rylance (vu dans Dunkerque et Le pont des espions) parfait en magistrat humaniste isolé dans une forteresse, qui tente de préserver la paix dans une contrée lointaine et désertique. Johnny, lui, n’a quelques scènes où son personnage – un colonel au teint cireux et à l’allure fantomatique - explique que la seule façon d’obtenir des infos des ennemis, des nomades défendant leurs terres colonisées, c’est de les torturer. Il faut bien le dire, on les attendait avec appréhension ces scène de tortures. Et ouf ! Le metteur en scène Cino Guerra nous les épargne presque toutes, les laissant volontairement hors-champ pour que notre imagination fasse tout le travail (ce qui est au bout du compte plus efficace.).

Alors pourquoi Johnny Depp a-t-il accepté un rôle pareil ? "Il est important de montrer ce qu’engendre la haine", a expliqué l’acteur. Bon, d’accord. Mais l’actualité nous le rappelle tous les jours. Et le réalisateur n’est pas parvenu à transcender la démonstration pour en faire quelque chose d’unique et de mémorable. Après cette œuvre étrange projetée en séance spéciale, on était tout content de retrouver le lendemain matin la compétition officielle. Pour la plupart des films indés aux thèmes audacieux et à la patte très personnelle. Mais ça, on y reviendra plus tard…

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires