Festival de Deauville 2019 : le dernier Woody Allen vaut-il la peine ? Festival de Deauville 2019 : le dernier Woody Allen vaut-il la peine ?

Cinéma

Festival de Deauville 2019 : le dernier Woody Allen vaut-il la peine ? par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 7 Septembre 2019

Si décrié ces temps-ci, le réalisateur américain n’était présent que par message filmé hier soir à Deauville. Mais son film "Un jour de pluie à New York" était bien là. On en est ressorti tout chose. Qu’entend-on par "tout chose" ? Voici la réponse…

Regarder un film de Woody Allen, c‘est se réfugier dans une bulle intemporelle. Otez les portables de Un jour de pluie à New York et l’histoire- celle de deux jeunes amoureux qui s‘offrent chacun de leur côté une parenthèse plus ou moins enchantée le temps d’une journée à New York-, pourrait très bien se dérouler dans les années 1980, 1960 ou même 1930. Dans cette comédie de mœurs, on dort dans de beaux hôtels surannés, on joue du piano en chantonnant des airs mélancoliques, on contemple des œuvres d’art dans des musées déserts, on est vêtu de beaux vêtements aux tons pastel, il n’y a pas de tags ni de SDF dans les rues, tout le monde a la peau blanche et même les prostituées ont de l’allure et parlent un anglais parfait. Mais Woody est aussi un petit malin qui a choisi pour incarner ses trois rôles principaux les acteurs les représentatifs de notre époque : Elle Fanning, Timothée Chalamet et Selena Gomez.

Parlons d’abord d’Elle dont la carrière est un sans-faute depuis ses premiers pas dans Somewhere de Sofia Coppola. Rarement on a vu une actrice s’amuser autant à l’écran. Et sa scène de soulerie dans un bar, toutes mains papillonnantes, au côté d’un Jude Law qui ressemble de plus en plus à Vincent Perez, nous réveille à un moment où on commençait à se lasser du long babillage du début. Son personnage, Ashleigh, est une étudiante qui, lors d’un week-end à New York avec son boyfriend Gatsby, le quitte momentanément pour aller interviewer un réalisateur. Mais au cours de l’entretien, ce dernier disparaît sans crier garde. En partant à sa recherche, Ashleigh se fait draguer par une star de cinéma poursuivie par des paparazzis. De son côté, Gatzby va aussi aller de rencontres fortuites en rencontres fortuites. On ne croit pas vraiment au couple formé par Elle et Timothée. Woody Allen non plus d’ailleurs puisque il a tôt fait de mettre Timothée dans les bras de Selena Gomez (lesquels sont très choux tous les deux). Ce casting à croquer est donc le grand atout du film. Mais le talent de Woody Allen réside autre part : il a le chic pour émailler son chemin balisé (la musique jazz, les beaux habits, le gentil vaudeville amoureux…) de divines surprises. Il y a cette petite hésitation dans le monologue de l’actrice Cherry Jones (la mère de Gatsby) qui nous rappelle que dans la vie on ne parle jamais aussi bien qu’au cinéma. Il y a cette pluie rappelant la scène finale de Diamants sur canapés avec une Audrey Hepburn ruisselante. Et il y a ce plan magnifique d’Elle Fanning et de Jude Law filmés à travers la vitre d’une voiture. La pluie tombe sur le pare-brise qui remplit presque tout l’écran. Mais dans un coin il reste un tout petit espace laissant apparaître un ballet de parapluies sur les trottoirs de New York. Chez Woody, la magie réside dans les détails. Et malgré un début laborieux, on finit par quitter à regret les délicieux Ashleigh et Gatsby.

Rappelons que le film ne sortira pas aux Etats-Unis en raisons des accusations d’abus sexuels contre son réalisateur Woody Allen et que Timothée Chalamet a décidé de reverser l'intégralité de son salaire à des associations. "J'ai été interrogé durant plusieurs interviews à propos de ma décision de travailler sur un film avec Woody Allen, l'été dernier. Je ne peux pas répondre directement à cause de mon contrat, a-t-il écrit sur son compte Instagram. Ce que je peux dire, ce que je ne veux pas gagner d'argent pour mon travail sur ce film. (...) Je vais faire don de la totalité de mon salaire à trois œuvres de charité : Time's Up, le Centre LGBT de New York et le Réseau national de lutte contre les viols, les abus sexuels et l'inceste Rainn."

Un jour de pluie à New York, sortie le 18 septembre

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires