Esprit de Romy (Schneider), es-tu là ? Esprit de Romy (Schneider), es-tu là ?

Cinéma

Cinéma : esprit de Romy (Schneider), es-tu là ? par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 18 Juin 2018

Sur la base d’une séance photo et d’une interview réelles, la réalisatrice Emily Atef a imaginé le séjour passé par l’actrice Romy Schneider sur la côte bretonne en 1981. Résultat : son film "Trois jours à Quiberon" est impressionnant d’intensité et d’intelligence.

L’homme enclenche son enregistreur. Il tient enfin sa proie et ne compte pas la lâcher. "Pour les Allemands, ceux de la génération Sissi, vous êtes soit une madone, soit une pute. Vous le comprenez ? " 
Cette question, le journaliste allemand Michael Jurgs du magazine Stern l’a vraiment posé à l’actrice Romy Schneider alors en séjour à la thalasso de Quiberon, en Bretagne. Toute autre actrice se serait sans doute levée et aurait quitté la pièce. Mais Romy à ce moment précis de sa vie, c’est-à-dire un an avant sa mort en 1982, a des choses à dire et quelques comptes à régler. Et sans doute est-elle si épuisée – elle est à Quiberon en cure de repos- qu’elle n’a plus la force de se révolter. C’est cette confrontation entre deux mondes à la fois antagonistes et complices, celui de la presse et du star system, qui est au cœur du film Trois jours à Quiberon d’Emily Atef, avec à la clef, cette question : qui manipule l’autre dans cette histoire sous tension ? Sont-ce le journaliste et son acolyte, le photographe Robert Lebeck, prêts à tout, même à faire boire la star, pour obtenir ce qu’ils veulent ? Ou est-ce Romy Schneider elle-même qui parvient à faire d’eux des "gens de service". "Tu es ému par elle, n’est-ce pas ?" demande à un moment le photographe au journaliste, "Mais c’est son job : émouvoir le monde entier." 

Dans le rôle de Romy, l’actrice Marie Bäumer est sidérante. Non seulement par sa ressemblance physique avec la star, qui ne doit rien aux prothèses ni aux effets spéciaux. Mais aussi par son jeu ou plutôt son incarnation. Car elle est Romy Schneider, avec sa nervosité enjouée, ses brusques changements d’humeur, sa demande d’affection jamais rassasiée. Avec la précision d’une entomologiste, la réalisatrice dissèque les effets de la célébrité sur un individu normal, sans jamais s’attarder sur les aspects triviaux (alcoolisme, sexe etc…) Son choix de filmer les côtes bretonnes en noir et blanc est judicieux (cela maintient l’histoire dans une bulle intemporelle), tout comme celui d’ajouter au trio existant un personnage féminin fictif (un mixte, selon elle, entre plusieurs amies de la star) "Je tenais à ne pas faire de ce film une affaire entre Romy et les hommes ", nous avait confié Emily, dont la carrière ne cesse d’évoluer et de surprendre depuis le très sensible Molly’s Way. On attend avec impatience son prochain film qui devrait se faire avec un casting 100 % français.

Trois jours à Quiberon d’Emily Atef, sortie le 13 juin

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus