England is mine : un film fascinant mais plombant

Cinéma

"England is Mine" : un film fascinant mais plombant

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Comment un ado dépressif a pu devenir une rockstar charismatique ? C’est que nous raconte "England is Mine", un film de Mark Gill sur l’adolescence tourmentée de Morrissey, le leader de The Smiths.

Janis Joplin, Jim Morrison, Jimi Hendrix, Elvis Presley ou Kurt Cobain : la vie brève et mouvementée de chacune de ces rockstars a donné lieu à un film plus ou moins réussi. Avec England is Mine, c’est au tour de Morrissey, l’emblématique chanteur de The Smiths de passer à la casserole du biopic. Produit par Baldwin Li, qui a déjà à son actif le très séduisant Control sur la vie de Ian Curtis du groupe Joy Division, ce film s’attarde sur l’adolescence et les débuts difficiles de la rockstar qui, contrairement à ses illustres prédécesseurs, est toujours bien vivant et en verve (on peut toujours compter sur lui pour tenir des propos limite facho).

Généralement, le morceau de bravoure et le casse tête pour les réalisateurs ce sont les scènes de concert chantées ou plutôt mimées par les acteurs. Dans England is mine, il n’y en qu’une. Elle survient au moment où on ne l’attend plus. Elle est en live et l’acteur écossais Jack Lowden s’acquitte de cette corvée avec un réel talent de chanteur. Le film nous le confirme : très jeune, Morrissey avait l’énergie d’un saule pleureur. Il mettait même tant de mauvaise volonté à réussir qu’on se demande comment son entourage – des femmes plutôt conciliantes – a pu déceler chez lui une once de talent. Si on déprime un peu devant ces mornes débuts, il reste pourtant des images magnifiques de cette ville décidément mortifère qu’était Manchester dans les années 1980. Et aussi les beaux yeux de Morrissey/Lowden à qui, si on l’avait connu perso, on aurait foutu quelques coups de pieds au cul, pour qu’il cesse de faire la gueule.

"England is Mine", sortie le 7 février.

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.